SOULEYMANE DIALLO, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA COORDINATION NATIONALE DES SYNDICATS ET CONDUCTEURS ROUTIERS DU MALI

‘‘Nous avons suspendu la grève car toutes nos doléances ont été acceptées sauf une qui concerne le péage et qui doit passer en conseil des ministres’’

Moins de 24 heures après le déclenchement de la grève de 72 heures, les transporteurs et les acteurs des marchés ont procédé à la suspension du mot d’ordre. Il nous revient de sources proches du dossier que le Premier ministre, Moctar Ouane a donné des instructions fermes pour que le bras de fer puisse cesser.

Cela, pourrait être la raison pour laquelle, le gouvernement a accepté de satisfaire 23 des 24 doléances des grévistes. Il manque un seul point à satisfaire et qui concerne, le véritable fond du problème. Il s’agit de l’application de la redevance paiement par passage.Selon Souleymane Diallo dit « Joli » que nous avons joint pour d’amples informations sur la question, il nous a indiqué « les raisons de la suspension de la grève sont liées au fait que le Gouvernement a presque accepté toutes nos doléances. On nous a respecté lors des discussions. C’est en véritables Maliens que nous avons échangé et sur ce point nous ne leur reprochons rien.Nous avons suspendu la grève car toutes nos doléances ont été acceptées sauf une qui concerne le péage et qui doit passer en conseil des ministres ».À comprendre les propos du syndicaliste, il semblerait que c’est au conseil des ministres de trancher la question relative à l’annulation demandée par les transporteurs de la redevance paiement par passage

.À titre de rappel, le Groupement des Syndicats des Transporteurs et Conducteur Routiers du Mali (GSTCRM), le Collectif National des Acteurs des Marchés du Mali (CNAM-Mali), l’Association Nationale des Transformateurs de Bétail Viande du Mali (ANATRABEVIM); l’Association Libre des Consommateurs Maliens (ALCOM) avaient manifesté à plusieurs en exigeant au Gouvernement de prendre un certain nombre de mesures susceptibles de faciliter la vie aux maliens.« Après avoir épuisé toutes les voies de recours administratives pour être entendu par les autorités compétentes sur nos doléances, mais en vain ; (…)

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LE « NOUVEL HORIZON » DU JEUDI 25 MARS 2021

MAHAMANE TOURE – NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *