DÉBAT PUBLIC SUR LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES ET JEUNES FILLES A KONODIMINI, SÉGOU

LE RETOUR A NOS VALEURS ANCESTRALES FORTEMENT RECLAME

Le village de Konodimini, situé à une vingtaine de kilomètres de la ville de Ségou, a abrité, le samedi 27 mars dernier, un débat public sur les violences faites aux femmes et aux jeunes filles. Organisé par la Croix Rouge malienne, l’évènement a enregistré la présence des autorités administratives, coutumières, religieuses et associations féminines locales.

C’est dans le cadre de sa campagne de sensibilisation contre les violences faites aux femmes et aux jeunes filles dans quelques localités de Ségou que la Croix Rouge Malienne a organisé ce débat public à Konodimini.  L’occasion était opportune, car ayant réuni les autorités administratives et coutumières locales et ainsi que les femmes et jeunes filles du village.

Après les discours de bienvenue du chef de village et du maire de  la Commune de Konodimini, les invités, bien équilibrés au présidium, ont touché à tous les aspects qui conduisent à la violence, notamment dans les couples. Invités et intervenants, tous sont unanimes que la faillite de l’éducation en famille est à l’origine de toutes les violences. Prenant la parole, M. Mahamadou Coulibaly, enseignant à Konodimini, estime que  la violence n’éduque pas une femme. Il trouve aussi que la faillite de l’éducation en famille est à l’origine des violences faites aux filles. Selon lui, « les parents ne contrôlent plus l’habillement provocateur des jeunes filles. C’est pourquoi elles sont (…)

RETROUVEZ L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE DANS LE « NOUVEL HORIZON » DU LUNDI 30 MARS 2021

Demba KONTE – NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *