INAHAYE AG MOHAMED, HAUT REPRESENTANT DU CHEF DE L’ETAT LORS DES TRAVAUX DE LA 42EME SESSION DU CSA À KAYES, HIER

’Les mouvements Signataires ont des problèmes de gouvernance à l’interne, c’est aux mouvements eux-mêmes de gérer ces problèmes’’

Kayes a abrité hier  lundi 29 mars 2021, les travaux de la 42ème  session du Comité de suivi de l’Accord(CSA). Conduits par l’ambassadeur BouhalemChihibi, les travaux qui ont enregistré la présence de  toutes les parties auront été l’occasion pour le nouveau représentant du Chef de l’Etat de mettre les points sur les « I ».  Inahaye Ag Mohamed  a  fait savoir   qu’il ne peut pas s’aveugler sur  les  blocages  dans la mise en  œuvre de l’Accord d’Alger.  Il estime dans le même contexte quel’Etat n’a pas à s’immiscer   dans les problèmes internes des  mouvements qui doivent les gérer eux-mêmes.

 De   Bamako où  il se réunissait    depuis  la signature de l’Accord d’Alger en 2015, le comité de suivi  du dit Accord   vient de délocaliser pour la seconde fois la tenue de sa session  à l’intérieur du  pays. C’est ainsi qu’après l’étape de Kidal qui  aura marqué  tous les  esprits avec le flottement du Drapeau National  dans la ville, c’est la première région administrative du pays   qui a abrité hier lundi 29 mars 2021, les travaux de la 42ème session  du Comité de Suivi de l’Accord. Le chef sortant de la Minusma Mahamat SALEH ANNADIF   qui  participe à sa dernière session   s’est félicité de la participation de la société  civile de Kayes   à cette session. Ce  qui démontre selon lui que  ‘’la paix concerne tout  le Mali’’. Les  témoignages de la présidente locale de la  coordination des organisations  féminines  abondent dans le  même sens. Mme Fofana Ramata Sissoko,   a dit que les populations étaient longtemps mises à la touche. ‘’il faut reconnaitre que nous ne sommes pas restées en marge, nous population de Kayes .on suit ces évènements pas à pas avec le cœur plein de tristesse. Dieu faisant bien les choses ces  assises sont  là, ça nous a permis d’éclairer nos lanternes sur la question de paix sur la question de ce processus d’Alger que nous avons attendu depuis des années. Donc nous voulons cette paix à n’importe quel prix’’. Auparavant, le ministre de la Réconciliation Nationale, colonel Major  s’était adressé à l’assistance  en mettant en relief  l’importance  de l’Accord, fruit d’un long processus :  ‘’L’accord qui nous réunit cette journée est le fruit d’un (…)

RETROUVEZ L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE DANS LE « NOUVEL HORIZON » DU LUNDI 30 MARS 2021

Mahamane TOURÉ – NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *