my thoughts essay how to write an essay on self awareness monitoring evaluation and learning specialist cover letter what to include in a literature review dissertation mi arsa boltoy essay in marathi protect environment essay 100 words essay divorce conclusion glass blowing essay
mer. Juin 16th, 2021

LEVEE DE BOUCLIERS AU MARCHE DE LA CITE DES 501 LOGEMENTS DE YIRIMADIO

LA POPULATION AUX TROUSSES DES OCCUPANTS DES VOIES PUBLIQUES

Le président du Comité de Gestion de la Cité des 501 Logements de Yirimadio, M. Ismaïla Théraétait  à la tête des hommes de medias , lundi 05 avril 2021, au marché de leur cité, pour des constats amers.

Selon M. Théra, sur le site de leur marché, un usager, un certain M. Wélé a obstrué la voie principale d’accès au marché avec des portails. « Nous avons signalé ce problème à la Mairie qui a saisi le propriétaire, mais qui s’entête et persiste. Les portails sont toujours là. La Mairie dit qu’elle fera venir des agents de l’Urbanisme afin d’enlever les portails. Si rien n’est fait, nous serons obligés de mobiliser les jeunes pour enlever les portails », a-t-il dit. Il a expliqué qu’il y a une autre anomalie. Selon lui, l’ancien ministre, Dr Amadou Baba Sy est en train de  faire un escalier au niveau de sa chambre froide en occupant l’espace public. « Nous souhaiterons qu’il arrête les travaux et enlève l’escalier de l’espace public. Ce problème a été aussi notifié à la Mairie de la Commune VI du District de Bamako. Les responsables de la Mairie sont passés constater les faits. Ils ont promis de passer aujourd’hui mardi 06 avril 2021 en vue de trouver des solutions aux différentes préoccupations », a précisé M. Théra qui a noté qu’ils ne sont pas d’accord avec les méthodes d’occupation de l’espace public. Pour lui, c’est la Mairie qui doit faire le suivi. Selon lui, eux, ils sont là en tant que représentants de la population, sinon c’est  la Mairie qui  a la force de dire aux gens d’arrêter les travaux ou de réaménager les parties. Les équipements marchands relèvent de la Mairie. C’est elle qui peut donner à qui elle veut. Dans tous les marchés du District de Bamako, ce sont les conseillers municipaux et les Maires qui attribuent les parcelles. Ils peuvent s’attribuer et en donner à leurs frères. Donc ce même problème prévaut au niveau de ce marché.

Amadou Diallo, usager de la Cité 501 Logements, membre de l’Association qui s’occupe de la gestion de la Cité, a dit  ce qui suit : « A notre arrivée en 2007, il y avait le problème d’accès au marché, parce qu’il n’y avait pas de marché dans les alentours. Très tôt les femmes se sont retrouvées afin de poser le problème de marché au président de l’Association. Cet espace était déjà prévu comme ouvrage collectif destiné au marché par l’OMH. Les femmes avaient même commencé à s’installer petit à petit.  On cotisait pour payer une partie des frais d’aménagement  de l’espace. A l’époque c’était 5000F et après 10.000F. Ce sont ces cotisations des vieilles dames qui ont servi d’abord à l’aménagement. Après la Mairie s’est opposée pour dire que l’aménagement c’est son devoir. On les a laissé la main, mais il se trouve aujourd’hui qu’on est carrément déboussolé, parce que la plupart de nos espaces sont occupés par des autorités  municipales. Elles se sont reparties les espaces. Aujourd’hui notre président a des problèmes. Des gens ont payé, mais ils n’ont pas eu gain de cause. Certains ne l’adressent plus la parole. Ce sont des choses auxquelles  les autorités municipales doivent penser. Ce sont des communautés. Quand on oppose les communautés les unes aux autres, cela crée des problèmes. En ce qui concerne le cas de l’usager qui s’en ménage une cour sur la voie principale d’accès au marché, si cela continue finalement il n’y aura pas de marché. Il faudrait que les autorités municipales prennent leur responsabilité. Déjà ils ont occupé nos espaces, au moins qu’on ne nous en prend pas d’avantage. Sinon en tant que des citoyens, nous avons le droit de manifester. On peut marcher. On peut marcher sur la Mairie, mais il ne faut pas qu’on n’en arrive là. Vraiment on veut le sens de la responsabilité ».

TOUGOUNA A. TRAORE – NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *