what does affiliation mean in research paper digital india essay in gujarati language similarities between critical reading and critical thinking human resource development research paper what is a coursework
mar. Mai 18th, 2021

LEVÉE DE BOUCLIERS AUTOUR DU RETARD DANS LE FINANCEMENT PUBLIC DE L’ÉTAT AUX PARTIS POLITIQUES

LE PARTI SADI DU DR OUMAR MARIKO COMMENCE A METTRE A ÉXECUTION SA MENACE

Dans l’affaire concernant le retard accusé dans le payement de l’aide financière de l’Etat aux partis politiques, le parti de l’opposant historique malien, Dr Oumar Mariko, Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) maintient sa dynamique de porter plainte contre le Gouvernement. Déjà le courrier qui devrait précéder cette plainte a été déposé avant-hier mardi 14 avril 2021.

Depuis des années, la question relative au financement public de l’Etat aux partis politiques constitue un sujet à polémique. Plusieurs formations politiques estiment que les fonds sont mal repartis. Certaines s’estiment lésées au profit d’autres. C’est dans ce sens où cet argent fait objet de grands bruits que le Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation entend proposer au Gouvernement la suppression de l’aide financière de l’Etat aux partis politiques. Si telle est la vision du Département de tutelle, les responsables des partis politiques pensent qu’il faut moraliser ce fonds qui a été institué par la loi n° 05-047/ du 18 août 2005 portant Charte des Partis Politiques. Selon cette loi, les partis politiques bénéficient d’une aide financière de l’Etat inscrite au budget de l’Etat à raison de 0,25 % des recettes fiscales.  Quand même, une loi étant une loi, il faut la respecter quel qu’en soit le contexte. Sinon tout le monde sait qu’en plus des conséquences économiques désastreuses de l’épidémie de la maladie à Coronavirus, depuis le 18 août 2020, le Mali vit une situation d’exception avec le coup d’Etat perpétré par les militaires contre le régime du Président, Ibrahim Boubacar Keïta. Le pays est confronté à plusieurs (…)

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LE «NOUVEL HORIZON» DU VENDREDI 16 AVRIL 2021

TOUGOUNA A, TRAORE – NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *