please sir essay knowledge management in smes a literature review presidential impeachment essay argumentative essay topics sustainability marijuana dispensary business plan pdf
mer. Juin 16th, 2021

COOPÉRATION FRANCO-AMÉRICAINE CONTRE LES DJIHADISTES

LE SOUTIEN AMERICAIN A LA FORCE BARKHANE N’EXCEDERAIT PAS 25 MILLIONS DE DOLLARS EN 2021

Il y a quelques mois, le général Marc Conruyt,  commandant de la force Barkhane, assura devant les parlementaires que le soutien américain aux opérations françaises contre les groupes armés terroristes [GAT] au Sahel était « considérable » et qu’il avait même « augmenté » au cours des mois précédents. « Son apport est vraiment primordial, notamment en matière de renseignement et de ravitaillement en vol », avait-il dit.

Le soutien américain à la force Barkhane n’excéderait pas 25 millions de dollars en 2021.

En janvier 2020, l’engagement militaire américain en Afrique devait faire l’objet d’un ajustement, comme l’avait annoncé Mark Esper, alors chef du Pentagone. En effet, pour Washington, le combat contre les organisations terroristes n’était pas la priorité principale, l’accent devant être mis sur la « concurrence » de la Russie et de la Chine : « Nous avons passé beaucoup de temps et d’énergie pour obtenir un soutien qui nous était contesté au début de l’année 2020. Puis, au fil des mois, ce soutien nous a été rendu mais avec des conditions puisque l’administration sortante [celle de M. Trump, ndlr] avait l’ambition de se faire payer pour l’ensemble des éléments qui étaient mis à notre disposition », rappela Florence Parly, la ministre des Armées, lors d’une audition au Sénat, en janvier dernier. « Finalement  nous avons obtenu que le soutien américain puisse être rétabli dans les termes initiaux », avait-elle ajouté.« On sait ce qu’on perd, on ne sait pas ce qu’on va trouver! », dit le proverbe. Et il va ainsi avec l’administration Biden  dont les intentions au sujet de Barkhane restaient encore à préciser au moment où elle prit ses fonctions. « À ce stade, je n’ai évidemment aucun élément permettant de dire ce que sera l’attitude de la nouvelle administration américaine », confia d’ailleurs Mme Parly aux sénateurs. Actuellement, et selon les députées Sereine Mauborgne et Nathalie Serre, qui ont rendu un rapport sur l’engagement militaire de la France au Sahel, la semaine passée, ce soutien américain, qui coûte 40 millions de dollars par an, se traduit notamment par la « fourniture de moyens de renseignement, au travers de capacités dont la France ne dispose pas, basées à Ouagadougou, Niamey ou Agadez « , de « capacités de ravitaillement en vol depuis la base aérienne de Morón [Espagne], à hauteur de 140 heures de vol par mois environ », et de « capacités de transport, au travers [d’avions] C-17 ou C-130J, à hauteur de 80 heures de vol par mois en moyenne. » À noter que l’état-major du groupement français de forces spéciales « Sabre », basé à Ouagadougou [Burkina Faso], accueille en son sein une « cellule américaine ».

Quatre mois après l’audition de Mme Parly au Sénat, on ne connaît toujours pas les intentions de Lloyd Austin, le nouveau secrétaire américain à la Défense, au sujet de ce soutien à la force Barkhane. Pour le moment, on sait seulement que son coût devrait « descendre à hauteur de 25 millions de dollars (…)

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LE «NOUVEL HORIZON» DU JEUDI 22 AVRIL 2021

MAHAMANE TOURE – NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *