english essay dialogue writing title format for research paper contoh essay nasionalisme dalam pendidikan bank cover letter samples key customers business plan
jeu. Juil 29th, 2021

APPUI A L’ENSEIGNEMENT FONDAMENTAL AU MALI

LES PARTENAIRES A SEGOU ET DIOILA POUR SENSIBILISER SUR LES ENJEUX DE LA SCOLARISATION DES ENFANTS DÉFAVORISÉS

La Stratégie de la Scolarisation Accélérée/Passerelle (SSA/P) fonctionne au Mali, au Burkina et au Niger pour aider les enfants vulnérables non scolarisés incluant les handicapés à intégrer l’école fondamentale. Ces apprenants ont un comportement et des résultats remarquables après leur intégration à l’école.

C’est pourquoi le projet Expansion de cette stratégie au Mali Phase II, une de trois composantes du PROF (Programme d’Appui à l’Enseignement Fondamental au Mali) qui est un fruit de la coopération entre la République du Mali et l’Union Européenne, a initié une mission conjointe de suivi de la mise en œuvre du projet dans la région de Ségou et Dioila.

L’ouverture de cette mission conjointe  a enregistré la participation des représentants des structures suivantes: Ministère de l’Education Nationale à travers la Direction Nationale de l’Enseignement Fondamental, la CONFED, la DUE, l’UG/PROF et la FSAO.

Ladite mission s’est déroulée du 19 au 24 Avril 2021dans les CAP de Ségou, Markala, Baraoueli (AE et région de Ségou) et de Beleko (AE et région de Dioila).

Les efforts sont fournis mais beaucoup reste à faire, notamment, une sensibilisation des communautés pour le retour des apprenants en situation d’abandon et leur maintien dans ces centres ; de revoir la fonctionnalité de certains Comités de Gestion des Centres (CGC), en partenariat avec les Collectivités ; de s’impliquer davantage les collectivités et les parents d’élèves pour la bonne marche de cette formation accélérée.

L’objectifs visés de ce projet est d’apprécier la fonctionnalité des centres SSA/P dans les zones ciblées ; de s’enquérir du niveau de fréquentation des apprenants des centres transférés à l’école classique; de s’assurer du soutien et de la collaboration des acteurs locaux pour le projet (autorités administratives, académiques, élus locaux et communautés partenaires). Ainsi de formuler des recommandations à l’endroit des différentes parties prenantes du projet en vue d’apporter des améliorations dans sa mise en œuvre.

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LE «NOUVEL HORIZON» DU MARDI 27 AVRIL 2021

GAOUSSOU TANGARA – NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *