mobile foot massage business plan annotated bibliography essay definition essay animal testing should be banned swachh bharat abhiyan essay in bengali in 500 words unit 1 argumentative essay answers
jeu. Sep 23rd, 2021

ENQUETE SUR L’AUGMENTATION DES PRIX DE PRODUITS DE PREMIERE NÉCÉSSITÉ A BAMAKO

L’INCAPACITÉ AVÉRÉE DE L’ÉTAT A STABILISER LES PRIX 

Depuis quelques semaines, les produits de première nécessité tel que  la viande, l’huile, et voir même la farine ont connu une augmentation de leurs prix. Dans les boucheries, la viande n’est plus à la portée des plus démunis qui déplorent cette hausse.

Nous nous sommes rendus dans plusieurs marchés ou les ménagères font quotidiennement leurs courses pour mettre « la marmite sur le feu ». A chaque fois le constat est le même : le prix du kilogramme de la viande varie aujourd’hui entre 2800 (deux mille huit cents) FCFA et 3 300 (trois mille trois cents)  francs CFA. En plus de cela, l’huile et la farine sont rentrées dans la danse dans plusieurs lieux notamment au marché des 1008 logements.

Selon les différents bouchers que nous avons interrogés, la hausse du prix de la viande s’explique notamment par l’exportation des bétails vers la côte d’ivoire, le Sénégal. Ces exportations vers les pays frontaliers créent une rareté du bétail sur le marché Malien , qui est pourtant le pays producteur. Habituellement, la viande était vendue à 2 200 (deux mille deux cents) F CFA le kilo avec os, mais ces derniers jours le marché a constaté une hausse des prix ; allant jusqu’à 2 800 (deux mille huit cents) F CFA avec os et 3 300 (trois mille trois cents) F CFA sans os. Pour beaucoup de bouchers, chaque année l’exportation vers d’autres pays ne fait qu’accroitre ce qui crée davantage un manque ou une augmentation de prix sur le marché local.

Selon Kassoum Traoré, boucher de profession :  « Tous nos bétails sont vendus hors du pays et chaque année, le nombre de bétail qui sort est supérieur. Cela va forcément impacter les prix, car nous achetons des petits bœufs à des prix inimaginable et une fois vendu nous n’avons même pas de bénéfice (…)

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LE «NOUVEL HORIZON» DU VENDREDI 11 JUIN 2021

GAOUSSOU TANGARA – NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *