essay about first aid needs and procedures business plan grab research paper introduction about working students what a cover letter looks like call center business plan ppt fare business plan ristorante 2 page application letter
mer. Août 4th, 2021

ME KASSOUM TAPO A PROPOS DE L’ORGANE UNIQUE DE GESTION DES ÉLÈCTIONS

«  Ce n’est pas parce que la majorité demande sa mise en place qu’il faut le faire »

Le Gouvernement prévoit d’organiser a la fin de ce mois de Juin 2021, des Assises pour parler de l’organe unique de gestion des élections. Pour Me Kassoum TAPO, la  mise en place de cet instrument  nécessite  plusieurs années de travail  et des dépenses colossales. C’est du moins ce que  pense le premier président de la CENI   qui  s’est exprimé sur le plateau de l’émission  Grand Dossier de Ras Bath le mercredi dernier.  Face à l’urgence, l’ancien Ministre pense que  «  ce n’est pas parce que la majorité demande sa mise en place qu’il faut le faire » et que le renforcement des compétences de la CENI  a  plus d’intérêt  que de vouloir  créer une nouvelle structure.

Me TAPO  était en effet sur le plateau de l’émission  Grand Dossier  du chroniqueur Ras bath   pour discuter de la situation politique.  Les commentaires de Me TAPO  ont porté essentiellement sur les élections à venir. Il a rappelé  tout d’abord que le régime en place n’est pas là  pour s’éterniser. «   On ne peut pas rester  éternellement dans une transition, c’est  pourquoi,  des élections seront organisées »  confia-t-il. Il  ajoutera que les  premières actions de la Transition qui a   une durée de  18 mois,  devraient être consacrées aux élections. Me TAPO  a souligné qu’il avait fait   part de cette conviction  avec certains de ses interlocuteurs en    insistant  sur le fait  que « si nous voulons  sortir de cette situation, il faut préparer les  élections. Et pour les élections, il faut la sécurité, j’ai dit que c’est sur ça que les autorités devraient travailler ».

Il a par ailleurs  souligné que c’est les mêmes  incompréhensions soulevées  lors du coup d’état de 2012 qui se répètent.   « On avait dit que la Transition ne pouvait pas tout régler comme les questions de santé, de l’éducation, de l’autosuffisance alimentaire,,, c’est des choses qu’un pouvoir légitime peut gérer ».  Me Tapo d’ajouter que c’est la raison pour laquelle, la CEDEAO n’a pas accepté que la date   pour les élections de 2012  soit repoussée. Les autorités de la transition de 2012 ont ainsi organisé uniquement les élections présidentielles et sont partis a noté Me TAPO. De sa conviction, les    élections référendaires, législatives doivent être du ressort (…)

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LE «NOUVEL HORIZON» DU VENDREDI 25 JUIN 2021

MAHAMANE TOURE – NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *