bhasha dam essay in english business plan di una pasticceria thesis statement and thesis moodanambike essay writing in kannada research essay opener
mer. Août 4th, 2021

United Nations Police (UNPOL) Officers from Benin serving with the United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali (MINUSMA) and Malian National Guard Officer conduct daily joint patrols in the streets of Gao, to ensure general security, maintain order and offer protection of civilians. They are escorted by Formed Police Unit (FPU) from the Burkina Faso Contingent. Photo MINUSMA/Marco Dormino

NOUVEAU PROLONGEMENT D’UN AN DU MANDAT DE LA MINUSMA

LES MALIENS PARTAGÉS ENTRE ESPOIRS ET INQUIÉTUDES

 Les 15 pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU ont décidé de proroger le mandat de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) jusqu’au 30 juin 2022. Ce renouvellement du  mandat a été diversement apprécié par les maliens. Si certains se félicitent du renouvellement, d’autres    restent convaincus de son inutilité.

  La  Minusma en résumé, c’est  plusieurs  milliers  d’hommes  et des milliards de FCFA   de   budget dédiés à la stabilisation du Mali. De son installation  à nos  jours, la Minusma  a apporté du changement dans  le quotidien de plusieurs Maliens. De l’autre côté,  certains ne sont pas  contents  de sa présence  et  sont critiques    envers le renouvellement de son mandat.

Dame Fatouma  Founé, ménagère à Tombouctou :

 « Je suis contente de ce renouvellement car   la Minusma nous aide beaucoup  dans nos activités.  Elle nous soigne, elle nous forme dans nos activités génératrices de revenus et en plus, elle nous offre des matériels. Ce n’est pas une fierté  de  se vanter   de  ce genre  de choses  dans son propre pays  mais la situation actuelle du pays impose leur présence‘’.

   Sidi DIARRA  du mouvement Yere wolo debout sur les remparts :

« Je suis triste parce que   les  autorités  n’ont pas  tiré les enseignements de l’inefficacité de la  Minusma. Sa présence n’empêche pas les attaques terroristes. Ses éléments  ne font que   vadrouiller dans Bamako et dans les autres villes où   se trouve la Minusma.  La Minusma  est indésirable dans plusieurs villes parce qu’elle  ne comble pas les attentes. Si elle ne peut pas lutter contre les terroristes, elle doit partir de chez  nous. Ce renouvellement est un   échec’’.

  Daouda Sanogo enseignant : « Sans la Minusma, je jure que le pays allait s’effondrer depuis longtemps.    La présence de la Minusma n’impacte pas positivement certains Maliens  parce que, ils ignorent tout simplement   les réalistes du terrain.     La Minusma   a été un pont aérien pour que les populations du Sud et du Nord   se rencontrent   au plus fort moment de la crise.  Nos autorités se servent de leurs avions pour mener des missions   au Nord. Les Famas  bénéficient de  ses appuis logistiques, donc, même si on le l’aime pas, il faut la considérer comme un mal nécessaire ».

MAHAMANE TOURE – NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *