successful entrepreneur essay bank cover letter no experience administration officer cover letter template write a story about a boy who got lucky one day essay persuasive essay 3rd grade example
ven. Sep 24th, 2021

RENCONTRE DU PREMIER MINISTRE AVEC LES PARTIS POLITIQUES POUR ECHANGEE SUR LE PAG

DIVERGENCES NOTOIRES AUTOUR DE LA DURÉE DE LA TRANSITION

Le Premier ministre Dr Choguel Kokalla Maïga a rencontré les représentants des partis politiques pour échanger sur le Programme d’Action Gouvernementale (PAG) le vendredi dernier au Centre International des Conférences de Bamako. Plusieurs intervenants ont focalisé leurs propos sur la durée de la Transition.

Si pour certains, il faut prendre le temps qu’il faut pour refonder le pays, d’autres estiment par contre que le délai de la transition doit être respecté.

En réactions à ces deux (02) positions, le chef du Gouvernement a tenu à préciser que «ni le Président, ni le Premier ministre n’a parlé de prolongation, nous avons dit que nous allons travailler à respecter nos engagements. Mais on ne peut pas enlever aux autres Maliens, le Droit de dire qu’ils ne sont pas d’accord au point de les dévaloriser».

Dans son intervention, le Chef du Gouvernement qui était assisté du ministre en charge de l’Administration Territoriale , de celui la Refondation et du ministre délégué en charge des Réformes Constitutionnelles a indiqué que la rencontre est un débat introductif en prélude à d’autres échanges.

D’autres, Choguel Kokalla MAÏGA avait surtout parlé des actions prioritaires de la transition qui devraient marquer le débat. De 16 heures 30 minutes à 22 heures, les discussions ont ainsi tourné sur tous les sujets qui préoccupent les Maliens.

«Nous avons décidé de réunir les partis politiques, pour échanger avec eux sur les grandes préoccupations , les grands sujets d’intérêt de la Transition notamment, l’organe unique de gestion des élections, les Assises Nationales de la Refondations, leurs formats, les conditions d’organisations, les objectifs visés».

De la question de l’enseignement en passant par la sécurité et l’économie, aucun sujet n’a été occulté. Cependant, la majorité des interventions concernaient l’aspect politique de la Transition en relation avec les élections. «Les partis ont des avis tranchés . Nous avons dit que le Gouvernement s’est engagé à faire tout ce qui dépend de lui pour faire respecter ses engagements», a fait savoir le Chef du Gouvernement, Choguel Kokalla Maïga.

 RÉACTIONS DE QUELQUES PARTICIPANTS

• Amadou Koïta, PS-Yelen Kura: «Je suis le seul qui pense que nous avons fait tellement de forum au Mali. Nous avons les États Généraux sur la Décentralisation, les Assises sur le Nord, la Conférence d’Entente Nationale (CEN), le Dialogue National Inclusif (DNI), les concertations nationales ici même (CICB) il y a quelques mois. Les populations Maliennes n’ont pas changé, c’est les mêmes populations.

Au Mali, c’est bien d’échanger, de discuter, je voudrais dire qu’il y a beaucoup de pays qui sont passé par là après nos rencontres, après nos foras, ils prennent nos résolutions et nos recommandations et les appliquent chez eux ils font mieux que nous. Nous pensons que les 2 milliards 500 millions de FCFA que nous allons mettre dans les assises nationales, le Mali en a besoin.

Nous avons tellement de déplacés, c’est utile pour eux. Il y a tellement de propos élogieux qui ont été faits ici. M le Premier ministre, c’est les mêmes propos élogieux qui ont été fait à l’égard de Amadou Toumani TOURÉ (ATT), c’est les mêmes propos élogieux qui ont été faits également à l’égard du président Ibrahim Boubacar KEITA; votre pré prédécesseur Boubou Cissé, c’est les mêmes qui continuent, faites attention au flatteur, faites attention aux flambeurs, nous, nous estimons aujourd’hui que ce pays nous appartient tous.

Par rapport au délai de la transition, respectons nos engagements. Nous avons décidé de faire cette transition pendant dix-huit (18) mois. Nous sommes déjà à douze (12) mois, il reste six (06) mois».

• M. Adama Tiémoko Diarra, ADEMA-PASJ: «S’il faut mettre en place cet organe (Organe unique de Gestion des Élections) dans le respect du délai de la transition, cela risque d’être un peu difficile. C’est pourquoi, nous avons pensé que les rencontres antérieures qui ont eu lieu et qui avaient abouti à des conclusions assez pertinentes pour organiser les élections peuvent être appliquées, ce sont de bonnes conclusions.

Le format des Assises à venir n’est pas connu, il est flou. Penser imposer les résolutions des Assises aux futurs candidats aux élections ou aux futures autorités, relève d’une démarche que nous ne pensons pas républicaine. Je pense que les résolutions des assises doivent être exécutoires.

Notre participation aux assises dépend, si nous nous entendons sur un format d’assises qui est convenable à tous, nous allons participer, mais s’il s’agit de nous imposer un format qui ne nous convient pas, nous n’allons pas participer ».

• Mme Mariam Samaké, Vice-présidente du Mouvement Républicain (MR): «Le Mouvement Républicain (MR), en ces temps et circonstance estime que la certification des élections des élections par les Nations Unis doit être le préalable à l’organisation des scrutins généraux pour éviter tout problème postélectoral.

Le MR s’engage à donner son soutien aux autorités en place quand cela sera pris en compte. Aujourd’hui beaucoup de maliens estiment qu’à l’issue des Assises Nationales de la Refondations (ANR), le délai imparti à la Transition sera prolongé par le gouvernement».

• M. Oumar Ibrahim Touré de l’APR: «C’est à nous de nous mettre d’accord . Si la classe politique et les forces vives se mettent ensemble pour dire, voilà pour la durée, ce que nous préconisons, voilà comment nous voulons faire les reformes et organiser les élections, je crois que ce n’est pas la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), ce n’est pas les Nations Unies, ce n’est pas autres, le Mali va être accompagné par ce que, les Maliens sont d’accord. Donc faisons en sorte d’être d’accord, mettons nos agendas de côté, voyons le Mali parce que le mal du Mali est très profond, les racines du mal sont profondes ».

• M. Jeamille Bittar: Pôle Politique de Consensus: «Nous estimons aujourd’hui que les questions de délai dont il est question devaient être amplement discutées au niveau des Assises de la Refondation. La bonne intelligence voudrait que ce planning avec la participation de l’ensemble des forces vives de la Nation et de l’ensemble de la classe politique que, nous convenions d’un calendrier réel, réalisable par rapport à ce que les maliens souhaiteraient que la Transition soit.

Des discussions de la Charte, nous étions présent mais, il ne me revient pas dans l’esprit que jusqu’ à preuve du contraire, « certainement d’autres grands défenseurs internationales pourront le démontrer dans cette salle, qu’il avait été question de dix-huit (18) mois pour parachever toutes les ambitions que le peuple malien avaient portées sur la place publique».

MAHAMANE TOURE – NOUVEL HORIZON

3 thoughts on “RENCONTRE DU PREMIER MINISTRE AVEC LES PARTIS POLITIQUES POUR ECHANGEE SUR LE PAG

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *