format of application letter in hindi certainty of intention essay business plan for healthy eating daycare experience essay literature review on investors perception towards mutual funds pdf personal statement examples for paramedic science cbs master thesis guidelines
lun. Oct 18th, 2021

PRODUCTION D’HYDROGÈNE ET ESSOR DE LA NOUVELLE ÉNERGIE

 ALIOU BOUBACAR DIALLO VOIT L’AVENIR DU MALI EN PLUS GRAND !

Le Mali Nouveau ne peut se construire sans l’implication d’hommes visionnaires ayant de réels projets porteurs. C’est Pourquoi, Aliou Boubacar Diallo, président d’honneur de l’ADP Maliba, homme d’affaire émérite et capitaine d’industrie malien respecté au Mali et dans le monde entier s’est investi dans l’énergie. L’enjeu est majeur et non des moindres, une capitalisation estimée à plus de 100 milliards de dollars US en est au centre. L’objectif de ces investissements colossaux, est de faire rentrer le Mali dans la cour des grands en matière de production de sources d’énergies et par la même occasion de lui faire gagner ainsi le pari du futur, du « Mali Nouveau ». Ces ambitions, peu d’hommes au Mali ont la capacité de les porter et de les mener à bout. Non pas pour des ambitions personnelles cachées, comme beaucoup l’on fait, mais pour l’amour du Pays, pour le patriotisme et le bonheur de voir le Mali rayonner à travers le Monde.

En dépit des nombreuses hostilités, dont il a dû faire face, du fait de son opposition affichée à l’ancien régime, Aliou Boubacar Diallo s’est vu contraint   de se désengager de la production aurifère, en cédant ses parts dans la société Wassoul’Or. Investisseur avisé, Qui n’a rien à envier à qui que ce soit, cela ne l’a pas conduit à renoncer à ses ambitions de s’investir pour renforcer la vitalité économique du Mali.

Un challenge qui lui réussit à travers l’exploitation de Wassoul’Or. Une société d’une grande envergure économique et commerciale, par laquelle Aliou Boubacar Diallo est devenu, on le sait, le premier opérateur minier national à créer et détenir une société minière aux côtés des multinationales. Grace à son dynamisme, il va jusqu’à parvenir à faire coter sa mine d’or à la bourse de Francfort, en Allemagne.

Une prouesse commerciale qui est partie de cette importante capitalisation boursière, elle-même synonyme de confiance renouvelée des investisseurs en la solidité économique et financière de l’entreprise, bâtie par cet homme d’affaires malien qui ne connait aucun complexe à se frotter aux plus grands miniers, à travers le monde.

Mais seulement voilà, il y a quelques moments, dans son propre pays, il a dû affronter un climat malsain, renforcé par la pratique prédatrice et dévoratrice des rentiers d’État, tapis dans l’ombre du régime déchu d’IBK, voulant tout accaparer à leur seul profit, y compris les patrimoines privés bâtis à la sueur du front, l’ayant contraint à céder son affaire à des capitaux étrangers.

Eh bien ! Ces oppressions tous azimuts, planifiées pour l’affaiblir, Aliou Boubacar Diallo n’en a cure d’autant que le propre de l’homme d’affaires, qui a d’ailleurs décroché un score plus qu’honorable à sa première participation à la présidentielle de 2018, est d’innover en matière de développement économique. Voilà pourquoi en dehors de l’or, Aliou Boubacar Diallo, opérateur économique avisé, n’aura aucune difficulté à orienter ses affaires dans de nouveaux créneaux économiques porteurs.

NOUVEAUX CHALLENGES ÉCONOMIQUES

La Mali est un pays gorgé de ressources naturelles. Les possibilités qui en découlent sont énormes à condition de savoir comment les exploiter. Aliou Boubacar Diallo, Homme d’affaires ayant des compétences surélevés et termes d’innovation a relevé les nouveaux challenges qui vont dans ce sens. C’est pourquoi selon lui « Il s’agit de grands investissements dans l’hydrogène, en « dérisquant » d’un point de vue géologique l’hydrogène naturel après plus d’une vingtaine de forages et en étant le pionnier de la production de l’électricité avec l’hydrogène naturel sans émission de CO2 ». Un tel investissement prometteur de l’homme, réalisé avec une telle prouesse ne surprend pas ; en ce sens qu’il est connu justement comme un pionnier dans le domaine, très convoité et réservé aux seules multinationales, et qui évolue dans des secteurs pratiquement pas exploités par ses pairs opérateurs nationaux.

C’est avec fierté que l’opérateur, en dépit des risques inhérents à son initiative, peut affirmer que «  grâce à nos travaux dans le Bloc 25 au Mali, nous avons pu confirmer la plus grande découverte d’hydrogène naturel au monde parmi la dizaine de découvertes signalées» à travers le monde par le BGR, une structure d’évaluation scientifique allemande en matière de recherche géologique.

On le voit sans ambages, certes le pays souffre de l’insécurité due au terrorisme, mais c’est évident aujourd’hui de dire que grâce à ce potentiel minier et gazier, qui vient d’être confirmé par différentes études scientifiques, et sera mis en valeur par notre opérateur minier local, le Mali a désormais gagné une crédibilité certaine dans le monde.

Aliou Boubacar Diallo, qui a lui-même une expertise avérée en la matière, à travers le monde, est très confiant quand il dit clairement que « Cette découverte d’hydrogène naturel permettra sans nul doute au Mali de dépasser un jour le Qatar ».

Aliou Boubacar Diallo compte propulser le Mali parmi les grands producteurs africains dans le domaine : « le plus grand producteur africain d’hydrogène et un fournisseur majeur d’hydrogène naturel et vert à l’Europe pour lui permettre d’arriver à la neutralité carbone, tel que décidé à l’accord de Paris lors de la COP21 ». Avec conviction et détermination, l’homme croit ainsi en l’avenir de son pays parce qu’il ne craint pas d’innover, en matière économique, en investissant là où personne, avant lui, n’a voulu s’aventurer. Un pari fort risqué qui n’ébranle pas pour autant, en raison justement de l’ambition qu’il nourrit pour son pays et qui le fait rêver de grands et nobles desseins pour ses compatriotes.

Grace a sa capacité d’innovation, et sa solvabilité ,  Aliou Boubacar Diallo n’a plus de dette sur ses épaules. Ce qui lui permet d’aborder l’avenir avec confiance et espoir. Ce n’est donc pas par hasard que sa toute nouvelle société d’hydrogène bénéficie d’un investissement total de plus de 20 milliards d’Euros  et qu’elle dispose déjà de « son programme d’African Big Green Deal ».

« Ce n’est pas tout : avec un tel investissement colossal, la production d’hydrogène naturel et vert ne se limitera pas au Mali. En fait, plusieurs autres pays africains seront concernés, où des filiales ont déjà été incorporées ». Aliou Boubacar Diallo, sûr à terme de la valorisation surpuissance de la nouvelle société, sait très bien, comme il l’a déjà annoncé, qu’elle « dépassera la centaine de milliards de dollars américains ».

LE MALI PARMI LES PLUS GRANDS

Si l’or, en tant que l’indicateur de richesses précieux du sous-sol Malien, est bien présent dans le pays,  Aliou Boubacar Diallo tient à diversifier l’économie du Mali. Pour lui, c’est cela qui garantit la prospérité économique aux pays. Voilà pourquoi le meilleur opérateur privé du Mali compte mettre désormais le cap sur le riche potentiel gazier dont il vient de faire lui-même la démonstration, à travers les recherches et investissements effectués.

 « Le projet d’hydrogène naturel va inscrire durablement le Mali dans la transition énergétique et permettre ainsi le développement durable du pays». Il s’agit sans doute d’un engagement de l’homme, comme il le dit, tout le temps, à faire en sorte que « le développement économique et social du Mali se fera par l’implication des opérateurs économiques privés maliens dans la mise en valeur de notre secteur minier et gazier… ».

Pour lui, point de doute, une fois qu’un tel challenge se réalisera, alors là « tous les autres secteurs de l’économie nationale se sentiront renforcés et valorisés. Et, soutient-il, avec le monde mondialisé, où nous vivons désormais, dans lequel l’interdépendance et la mutualisation de nos efforts sont les règles du jeu, nous serons alors plus enclins, par notre force économique, à faire face à nos défis multidimensionnels du moment (sécuritaire, socio-économique) »

« Il est temps que le Mali protège ses ressources minières et gazières en les inscrivant dans les questions de sécurité nationale, comme l’ont fait d’autres pays gaziers avec leur gaz naturel, à travers le monde ». C’est le pari que fait  Aliou Boubacar Diallo pour gagner les batailles du futur pour un pays, confronté aux multiples défis de son développement économique et humain.

En fait, c’est cela le credo de cet homme d’actions et de convictions qui rêve, pour le Mali, d’un destin radieux, en parfaite symbiose avec les standards internationaux. C’est dire alors, selon lui, que la nouvelle énergie, basée sur la production dépouillée de tout vecteur de pollution, sera la clé de la future révolution industrielle, tout comme le numérique et la digitalisation qui ont durablement marqué la nouvelle économie et les échanges, à travers le monde.

Si Aliou Boubacar Diallo, pour ce tournant économique, appelle de tous ses vœux pour  un engagement public affirmé dans ce secteur, où la teneur des réserves et la capacité d’accès font nettement du Mali un pays figurant dans le peloton de tête des nouvelles nations gazières, c’est bien en toute connaissance de cause, convaincu qu’il est que le secteur gazier en phase actuellement de recherche sera porteur « de projets structurants et à fort potentiel de développement, pouvant faire émerger une puissante économie nationale, pour mettre fin au cercle vicieux de l’économie criminelle ».

D’où l’intérêt vital qu’il nourrit pour le secteur minier et gazier qui, dit-il, avec sa grande capacité de création d’emplois de masse, doit être « soutenu et protégé par l’Etat du Mali et les Maliens ». De ce fait, en homme d’action et déterminé à s’investir pour la prospérité économique de son pays, Aliou Boubacar Diallo n’hésite  pas à s’adresser, en ces termes, aux décideurs et autres à qui le peuple aura, dans la transparence, confié son destin : « défendre les grands projets économiques structurants des maliens, qui sont les seuls à pouvoir développer de manière autonome et durable notre pays, en créant de la richesse et des emplois en masse, pour répondre au chômage de masse des maliens ».

DEMBA KONTE – NOUVEL HORIZON

16 thoughts on “PRODUCTION D’HYDROGÈNE ET ESSOR DE LA NOUVELLE ÉNERGIE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *