lun. Déc 6th, 2021

EN EXCLUSIVITE : LINDA THOMAS-GREENFIELD, AMBASSADRICE DES ETATS UNIS D’AMERIQUE AUPRES DES NATIONS UNIES ET AU CONSEIL DE SECURITE DES NATIONS UNIES, AU MICRO DU NOUVEL HORIZON :

« Nous n’avons pas été informés de plans pour une prolongation de la transition »

Faisant partie de la délégation du conseil de sécurité des Nations-unies en visite de 48 heures au Mali, du samedi 23 au dimanche 24 Octobre, c’est au pas de course, montre en main, que nous avons pu échanger avec SEM l’ambassadrice Linda Thomas-Greenfield, représentante permanente des Etats-Unis d’Amérique auprès des nations unies et au conseil de sécurité des Nations-Unies. Apres une réunion d’une heure avec l’ensemble des membres du conseil de sécurité et le président de la transition, s’en est suivi un huis clos entre L’ambassadeur Thomas-Greenfield et le colonel Assimi Goïta. Suite à cela, la Diplomate a accordé au NOUVEL HORIZON quelques minutes pour répondre à nos questions.

L’entretien qui devait initialement durer une trentaine de minutes a, au fur et à mesure été réduit a moins de cinq minutes pour des raisons de contraintes de temps.  Brève et concise, car devant prendre un vol pour Niamey (Niger), leur prochaine destination, c’est sur les lieux de l’hommage rendu aux soldats de la MINUSMA tombés sur le champ de guerre que madame l’ambassadrice permanente des Etats-Unis d’Amérique auprès des nations unies et au conseil de sécurité a bien voulu éclairer notre lanterne. Lisez donc !

NOUVEL HORIZON :

 Bonjour Madame Linda Thomas-Greenfield, vous venez de vous entretenir avec le président de la transition malienne, le colonel Assimi Goïta. Pouvez-vous nous dire comment s’est déroulé cet Entretien ?

SEM LINDA THOMAS-GREENFIELD :

Vous voulez savoir comment la réunion s’est passé ? Nous avons eu une excellente rencontre avec le président. C’était une rencontre d’une heure avec l’ensemble de la délégation du Conseil de Sécurité. Nous avons abordé divers sujets, y compris son évaluation de la situation secrétaire au Mali et ce qu’il faut pour résoudre ces préoccupations. Nous avons abordé la question de la transition et les plans en cours pour la tenue des élections. Nous avons également eu une discussion approfondie sur le rôle de la MINUSMA et leur évaluation de ce qui serait nécessaire dans une future résolution de la MINUSMA. 

NOUVEL HORIZON :

 La transition en cours est prévue pour une durée de 18 mois. Néanmoins au vu de la situation sécuritaire qui prévaut, les autorités plaident pour une prolongation. En cas de prolongation de la Transition, que compte faire le conseil de sécurité des Nations- Unies ?

SEM LINDA THOMAS-GREENFIELD :

Nous attendons toujours que le gouvernement aille de l’avant sur les élections. Nous n’avons pas été informés de plans pour une prolongation, mais nous avons, en tant que Conseil de sécurité, demandé qu’il y ait un calendrier et des repères.

Propos recueillis par Awa Chouaïdou TRAORENOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *