mar. Nov 30th, 2021

PROFESSION «VIDÉOMAN»

LA BOMBE À RETARDEMENT QUI RISQUE DE PORTER ATTEINTE À LA STABILITÉ DU MALI

Au Mali, depuis un certain temps, la profession de « vidéoman » prend de plus en plus d’ampleur. Ces propriétaires de smartphones et de trépieds, sans aucune compétence ni déontologie en journalisme, effraient la population et participent à créer la panique à travers leurs fausses informations. La dernière en date est la diffusion, ce mercredi 06 octobre , de la fausse information sur la présence des militaires de la Force Barkhane chez le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, le Colonel Sadio Camara, à Kati pour des fins autres qu’amicales.

Un smartphone, un trépied, un micro, et un petit forfait de 2.000 FCFA, voilà désormais ce qui semble être le critère essentiel pour devenir journaliste au Mali.

En  effet, les propriétaires de ces matériels, le plus souvent des illettrés au chômage, se sont invités dans le cercle très fermé du monde de la presse malienne.

Aujourd’hui, ces « vidéomans » sont sollicités par les hommes politiques et les autorités de la transition. Ils contribuent à la propagande des dirigeants et véhiculent de fausses informations. Il ne se passe désormais aucune activité gouvernementale sans voir ces nouveaux « journalistes» qui diffusent et publient, sans réfléchir au contenu de ce qu’ils  partagent.

Dans la plupart des cas, ces « vidéomans »  sont des activistes ou des  jeunes opportunistes agissant pour et au compte  d’un leader politique, social ou religieux. L’éthique et la déontologie du métier du journalisme sont alors foulées au pied.  

Dans leur activité de  propagande, les « videoman » partagent beaucoup d’intoxication et de « Fake news ».

Leurs informations, non vérifiées, et non traitées la plupart du temps, constituent une menace pour la stabilité du Mali. Car, à travers leurs informations relayées sur leurs pages Facebook, ils contribuent à faire paniquer la population , qui déjà ne dort que d‘un œil.

Ce mercredi 06 octobre, sur l’ensemble du territoire malien les rumeurs de la présence des militaires    français chez le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, le Colonel Sadio Camara, à Kati, pour porter atteinte à ce dernier  a crée la psychose et la peur au sein des populations, qui ont cru être envahies. Sans prendre la peine de vérifier les faits, des jeunes munis de micros et de smartphones se sont postés devant le lieux ou se tenait un diner offert par le ministre de la défense Sadio Camara, au commandant de la force Barkhane , pour faire croire toutes sortes de choses aux pauvres internautes.

Les autorités, les responsables des organes de presse, et les organisations professionnelles de la presse sont vivement interpelés. Le journalisme se meurt avec l’envahissement de ces propriétaires de smartphones. Car, pour l’opinion nationale, tous ceux qui diffusent l’information sont appelés journalistes. L’heure est venue d’assainir le secteur pour le bien du Mali.

DEMBA KONTE – NOUVEL HORIZON

4 thoughts on “PROFESSION «VIDÉOMAN»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *