mar. Déc 7th, 2021

RESOLUTIONS DU SOMMET EXTRAORDINAIRE DES CHEFS D’ÉTAT DE LA CEDEAO SUR LA SITUATION DU MALI ET DE LA GUINÉE CONAKRY

  DES SANCTIONS  AVEC EFFET IMMÉDIAT  IMPOSÉES AUX AUTORITÉS DE LA TRANSITION, AUX AUTRES INSTITUTIONS ET AUX MEMBRES DE LEURS FAMILLES

  La  gestion de la transition Malienne  a été une  nouvelle fois  au menu de la  réunion des    Chefs d’Etat et de Gouvernement  de la CEDEAO. Se réunissant  en  sommet extraordinaire dans la capitale Ghanéenne hier dimanche 07 novembre 2021,   les Chefs d’Etat ont décidé de mettre en exécution , leurs  menaces formulées lors de leur sommet  tenu le 16 septembre dernier . Il s’agit notamment de sanctions ciblées contres certaines autorités de la transition et leurs familles. Ainsi de l’interdiction de voyager en passant par le gel de    leurs avoirs, les Chefs d’Etat   menacent de prononcer d’autres sanctions supplémentaires   contre les autorités de la transition  s’ils ne  constatent pas d’amélioration   dans le cadre du respect de la date de  fin février 2022 pour la  tenue des élections.

 C’est sans surprise que les Chefs d’Etat de la CEDEAO  ont annoncé des  sanctions  contre les autorités de la transition à l’issue de leur sommet extraordinaire tenu hier   dimanche 7 novembre 2021  à Accra   au Ghana.   Les prémisses de la sanction étaient prévisibles suite au  rapport de force  entre  Bamako et  la    CEDEAO  qui n’arrivent pas à trouver un point d’accord sur la  gestion de la transition. Si  les autorités de la transition  au Mali mettent en exergue   la volonté du peuple  de mettre de l’ordre dans le fonctionnement  des affaires de l’Etat avant d’aller aux élections, la CEDEAO   tient comme alibi  son Protocole additionnel   sur la démocratie et la bonne gouvernance et exige à ce point, un retour à l’ordre  Constitutionnel normal.

 Les autorités de  la Transition  ne peuvent pas tenir les élections    présidentielles en février 2022. Elles l’ont avoué   à travers une correspondance dont  le contenu a été partagé  aux  Chefs d’Etat   présents à Accra hier dimanche : « Sur le plan politique, le Président de la CEDEAO a informé l’Autorité de la notification officielle par les autorités de transition de leur incapacité à respecter l’échéance de transition de février 2022 »  indique la résolution finale issue des échanges . La conférence   regrette  à ce point (…)

RETROUVEZ L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE DANS LE « NOUVEL HORIZON » DU LUNDI 08 NOVEMBRE 2021

MAHAMANE TOURE – NOUVEL HORIZON

2 thoughts on “RESOLUTIONS DU SOMMET EXTRAORDINAIRE DES CHEFS D’ÉTAT DE LA CEDEAO SUR LA SITUATION DU MALI ET DE LA GUINÉE CONAKRY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *