Aller à la barre d’outils
ven. Nov 27th, 2020

AFFAIRE DU CIMETIÈRE VENDU DE SANOUBOUGOU II À SIKASSO

 LES VIEUX DEMONS SE REVEILLENT

Vendu dans un premier temps à un burkinabé qui avait renoncé à construire des magasins sur le site en question, après avoir pris connaissance de   l’importance sociale qu’accorde les populations de Sikasso à cet endroit, l’ancien cimetière du quartier de Sanoubougou II aurait été vendu par le service de l’Urbanisme à un opérateur économique. 

 A chaque échéance électorale, le sujet revient au centre des discussions et sert de propos de campagne pour certains partis politiques. Lors des législatives de 2013 comme en 2020, le sujet continue de faire débat et le seul acteur cité est désormais député de Sikasso, M ; Mamadou TANGARA.

La crise autour de cette affaire de cimetière de Sanoubougou II (Commune urbaine de Sikasso) pourrait être un long feuilleton dont la fin de série n’est pas pour demain. Dans ce dossier, il faut souligner qu’au départ c’est un opérateur burkinabè qui avait acheté la parcelle dans le but d’en faire des magasins à titre commercial, mais il avait fini par renoncer à son projet puisque ayant été mis dans le bain par les chefs de quartiers, les notabilités religieuses et coutumières de la ville de Sikasso.

Le nouvel acquéreur selon des sources avait distribué des pots de vin un peu partout pour parvenir à ses fins. A l’époque on disait que la seule personne qui ne serait pas tombée dans son piège de distribution d’argent ou d’achat de conscience serait l’ex maire de la Commune urbaine de Sikasso, Mamadou Tangara, et actuel député de la circonscription. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, c’est lui qu’on accuse aujourd’hui d’être le vendeur alors que sous peu, des sources disaient qu’il a toujours été cité à tort dans cette affaire tandis que des travailleurs du Gouvernorat bin impliqués dans l’affaire n’ont jamais été cités.

De nos jours, ce qui complique encore plus ce dossier, est (…) 

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LA PARUTION DU JEUDI 14 MAI 2020

Mahamane Touré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *