« LES GROUPES TERRORISTES PROFITENT DE LA PANDEMIE DE COVID-19 POUR INTENSIFIER LEURS ATTAQUES »

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a laissé entendre que des groupes djihadistes dans la région du Sahel en Afrique du Nord exploitent la pandémie de coronavirus pour intensifier les attaques.

« Les preuves suggèrent également une coordination et une coopération accrues entre certains des groupes terroristes opérant dans tout le Sahel, de la Mauritanie au bassin du lac Tchad », a déclaré Guterres.

Le chef des Nations Unies a appelé à une meilleure coordination entre les différentes forces anti-djihadistes combattant un ensemble de groupes armés dans la région du sahel.

En effet, « les groupes terroristes profitent de la pandémie de COVID-19 pour intensifier leurs attaques et contester l’autorité de l’État dans toute la sous-région », a déclaré António Guterres.

Il a noté que le problème était particulièrement aigu dans la zone connue sous le nom de triangle Liptako-Gourma, une zone frontalière entre le Niger, le Mali et le Burkina Faso.

« Les preuves suggèrent également une coordination et une coopération accrues entre certains des groupes terroristes opérant dans tout le Sahel, de la Mauritanie au bassin du lac Tchad », a-t-il déclaré.

« La situation désastreuse dans la région du Sahel est encore aggravée par la propagation de la pandémie de COVID-19 en Afrique, avec des groupes terroristes qui l’exploitent à des fins de propagande et d’action, avec un impact potentiel grave sur la région », a ajouté le secrétaire général.

En raison de la pandémie, qui a entraîné la fermeture de la frontière entre le Mali et la Mauritanie, les opérations de la soi-disant force anti-djihadiste du G5-Sahel ont été suspendues.

Le G5 est une force de (…)

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LA PARUTION DU LUNDI 11 MAI 2020

KADOASSO.I

Share:

Leave a reply