Aller à la barre d’outils
ven. Déc 4th, 2020

APRÈS L’EXÉCUTION DE 03 ÉLÉMENTS DE L’EIGS PAR LE GSIM PRÈS DE TESSIT

IYAD  AG GHALI  MENACE DE S’EN PRENDRE AUX POPULATIONS  QUI COLLABORENT AVEC L’ÉTAT ISLAMIQUE

Le Groupe   de Soutien  à l’Islam et aux Musulmans( GSIM) et l’ Etat Islamique au Grand Sahara (EIGS)  se livrent depuis plus d’une année  à une  guerre   pour  le   contrôle  des zones du nord et du centre du Mali qu’ils jugent  certainement ‘’favorables ‘’  pour leurs  trafics de drogues, d’armes   et d’êtres humains . C’est ainsi qu’en début de semaine, le groupe terroriste conduit par  Iyad Ag Ghali a   abattu selon des   sources locales,  03 membres de Daech  à  quelques  40 kilomètres  de Tessit…   Le GSIM a par ailleurs menacé les populations de représailles  si toutefois   il découvre qu’elles collaborent avec l’EIGS.

   Les trois éléments  de l’EIGS  ont  été  abattus le mardi dernier dans la localité  kaygouroutane  non loin de Tessit.  Selon nos  recoupements, les hommes d’Iyad Ghali étaient sur des motos  pour  se rendre  dans le hameau   où    ils ont  mis tout le monde à  plat ventre. Ils ont incendié les  motos   des éléments de l’EIGS   qui étaient dans le groupe avant de les abattre.   En faisant le tour des hameaux,  Le GSIM  a mis en garde les  populations  contre toute collaboration  avec les   éléments de Daech. 

 À travers cet acte ‘’inter-terroriste’’, les hommes d’iyad Ghali qui  ont perdu presque toutes leurs  batailles    contre l’EIGS  tentent de  reprendre le contrôle des territoires.  Il est  bon de noter  que les   groupes terroristes  ambitionnent de s’implanter définitivement dans  toute la bande  du Sahel pour en faire des bases -arrière.  Sur ce point le major-Général Dagvin Anderson,  le  commandant des opérations spéciales des États-Unis en Afrique avait donné l’alerte  sur cette ambition au cours d’un exposé  face aux médias , il y a quelques mois . Al-Qaïda a mené une campagne délibérée pour exploiter les  failles et griefs et étendre sa portée, particulièrement dans l’Ouest  de l’Afrique  .

« Nous les avons vu  profiter de la situation en fermant les écoles, privant des pays de leur avenir. Ils les privent d’un avenir en fermant ces écoles : plus de 9 000 écoles ont été fermées sur le continent africain, dont 3 000 au Mali et au Burkina Faso.  C’est très préoccupant pour nous »,  affirme  le  Major-Général Dagvin Anderson  en pensant  aux conséquences lorsque les organisations extrémistes violentes remplacent ces écoles par leur idéologie et leurs enseignements.

« De notre point de vue occidental, la crise humanitaire à plus forte croissance se trouve dans la région du Sahel. Il y a une campagne délibérée par ces terroristes pour exploiter cela …c’est très préoccupant pour nous parce que c’est une stratégie délibérée, et une partie de cette stratégie consiste à agir et à s’étendre en toute discrétion’’,  affirme Le   major-Général Dagvin Anderson.  De son avis, les terroristes ne  cherchent pas à rendre publiques la plupart de leurs actions. Et ce qu’ils les ont vu faire, « c’est étendre maintenant leur présence au Mali et aussi dans le nord du Burkina Faso, où ils ont attaqué les infrastructures, puis se sont débarrassés des autorités locales et des forces de sécurité, et maintenant ils utilisent cela, cette présence, pour contrôler l’économie locale et la population…’

 PAR MAHAMANE TOURE – NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *