Aller à la barre d’outils
ven. Nov 27th, 2020

ATTAQUES TERRORISTES DE BANDIAGARA-BANKASS, SOKOURA ET LA SITUATION INSOUTENABLE DE FARABOUGOU

LE VICE-PRESIDENT ASSIMI GOÏTA DOIT DÉMISSIONNER

Qui l’aurait cru ? L’espoir suscité par les militaires s’enlise de jour en jour. En plus des attaques terroristes de Bandiagara-Bankass, Sokoura, ayant fait des victimes après la libération des 206 djihadistes en échange de Soumaïla Cissé, Sophie Pétronin et deux Italiens, l’atrocité que vivent les populations de Farabougou depuis deux semaines dépasse tout entendement.

Cela doit amener le vice-président de la Transition en charge des questions de défense et de sécurité, Colonel Assimi Goïta à « jeter l’éponge », car l’attente du peuple malien n’arrive pas être comblée. Juste quelques jours après le Coup d’Etat du 18 Août 2020 perpétré par le Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP), on était parvenu à embobiner une partie de l’opinion, soi-disant que les Forces Armées Maliennes (FAMA) avec des informations de la Russie avaient neutralisé des centaines de terroristes. De la poudre aux yeux ? Cela fait pratiquement deux semaines que la population de Farabougou est prise en otage par des djihadistes. Les uns et les autres attendent toujours l’intervention des FAMA. La question qui revient est la suivante : Après les premiers exploits, la Russie a-t-elle tourné dos aux Forces Armées Maliennes (FAMA) ? Cette question a tout son sens. Des sources précisent que cela fait deux semaines que les habitants de Farabougou, dans le centre du Mali, sont coupés du monde, sous l’œil impuissant du vice-président de la Transition en charge des questions de défense et de sécurité, Colonel Assimi Goïta.  

 Des hommes armés interdisent l’accès à cette localité située non loin de Diabaly dans la région de Ségou. Ces sources évoquent qu’après avoir tué au moins six habitants et kidnappé neuf autres, les terroristes interdisent tout mouvement. Des témoignages mettent l’accent sur l’impossibilité d’entrer ou de sortir du village. Le week-end dernier le pont d’accès à Farabougou a été détruit.

« Chers officiers, amis, connaissances, mon village s’appelle Farabougou dans la commune rurale de Dogofry. Ce village est à 25 km du camp de Diabaly. Les habitants dudit village sont 3000 âmes environ. Ce gros village est encerclé depuis le mardi 06/10/20. Toutes les opérations de l’armée menées sur le terrain ont échoué pour libérer le village. Les chasseurs font tout pour empêcher les djihadistes de renter à l’intérieur mais aujourd’hui la faim, la maladie, les enfants, les vieillards sont en train de mourir à petit feu devant le peuple du Mali. Je demande à tout le monde, une aide en partageant ces informations. Le pont qui servait de liaison entre un village de Dogofry et Farabougou a été explosé par les djihadistes », tel est le témoignage d’un citoyen.

Au regard de tout ce qui précède, l’espoir suscité par l’arrivée des militaires à la tête de plusieurs Départements stratégiques commence à s’enliser. Le Président de la Transition, Colonel-Major à la retraite, Bah N’Daw, le vice-président de la Transition en charge des questions de défense et de sécurité, Colonel Assimi Goïta, le ministre de la Défense et des anciens Combattants, Colonel Sadio Camara, le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Colonel Modibo Koné, le ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, Lieutenant-Colonel Abdoulaye Maiga accepteront-ils de décevoir le peuple malien ? Avec cette situation, déjà certains commencent à regretter le départ du Président Ibrahim Boubacar Keïta qui a fait de son mieux afin d’équiper les Forces Armées Maliennes (FAMA). Ce qui est plus aberrant dans cette affaire de Farabougou, au moment où l’ensemble du peuple malien s’attendait à une démonstration de force des FAMA afin de permettre à la population de ce village de retrouver sa liberté, il a été choqué d’apprendre à travers le site de nos militaires ce qui suit :

« Le lundi 19 octobre 2020, les FAMa ont effectué une action humanitaire significative au profit des populations de Farabougou. Un avion de transport Y-12 de l’Armée de l’Air a largué une cargaison de denrées de première nécessité sur le village. Cette opération a été rondement menée et coordonnée avec une équipe de largueurs des Commandos parachutistes. Elle participe de la volonté des autorités de soulager les populations et atténuer les effets néfastes des forces obscurantistes ».

Erreur de casting ? Rien à dire. Cela veut dire ce que ça veut dire. Sans démagogie, cela constitue un désaveu pour les autorités de la Transition en général et le vice-président de la Transition en charge des questions de défense et de sécurité, Colonel Assimi Goïta en particulier.  Où sont passés les éléments de la Force Spéciale Anti-terroriste (FORSAT) qui se sont spécialisés dans la répression des manifestations à Bamako et autres villes du Mali ? Même si on règle cette situation aujourd’hui, la réalité est qu’une telle situation ne devrait pas durer deux semaines. Cela dépasse l’entendement.

RETROUVEZ L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE DANS LA PARUTION DU MARDI 20 OCTOBRE 2020

Tougouna A. TRAORE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *