Aller à la barre d’outils
sam. Jan 23rd, 2021

COOPÉRATION MILITAIRE FRANCO-MALIENNE

LES FORCES FRANÇAISES SOUFFLENT LEUR 8EME BOUGIE  DE LUTTE CONTRE LE TERRORISME

À l’appel des autorités maliennes de la transition conduites  en son temps par le Président Dioncounda TRAORE, l’Armée Française a  déposé ses  matériels de guerre sur le sol malien  pour contrer l’avancée des djihadistes  vers le sud du pays. L’opération baptisée à l’époque  Serval  a évolué depuis 8 ans pour se transformer en ‘’ Barkhane’’  et qui a donné naissance à Takuba.  Le bilan tiré de cette intervention est relatif selon les  sentiments pro  et anti français.

L’intervention  militaire de  la France s’est déroulée   à un moment  où,  toutes les régions du Nord étaient sous  occupation djihadistes. En effet,  à partir de la nuit du 10 au 11 janvier 2013, des éléments des forces spéciales sont engagées dans la région de Mopti puis sont rapidement renforcées par la projection à Bamako par avions C-130 Hercules  et C-160 Transvaal de 200 militaires du  21ème  Régiment d’Infanterie Marine a prélevés sur le dispositif Épervier, basé au Tchad  ainsi que d’un peloton de légionnaires   du 1er REC d’Orange15.En métropole, les légionnaires du 2e REP qui sont d’alerte Guépard sont mis en alerte le 11 janvier. Ils forment un groupement parachutiste avec l’état-major, la 2e compagnie (quaternaire) renforcée d’une section anti-char (SAC), un groupe de commandos-parachutistes; deux compagnies (tertiaires) du 1er RCP elles-mêmes renforcées d’une section chacune du 17e RGP. Le REP quitte Calvi quelques jours plus tard pour la Côte d’Ivoire afin de préparer le saut sur Tombouctou. La 3e Cie du 2eREP, déjà projetée à Bangui en décembre 2012, est mise en alerte à son retour sur Libreville (Gabon) et rejoindra le régiment dans les Ifoghas pour la deuxième phase de l’opération. SERVAL   qui s’est achevée le 31 juillet 2014. Déclenchée le 11 janvier, « elle permit de stopper l’offensive djihadiste qui menaçait Bamako et de mettre fin à l’organisation industrielle du terrorisme qui s’était développée dans le nord Mali. Puis elle a permis de transférer la mission de stabilisation du Mali aux partenaires maliens ainsi qu’aux forces de l’Organisation des Nations Unie (ONU) à travers la mission multidimensionnelle intégrée des Nations-Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) » déclare le  Ministère Français des Armées dans  un communiqué.  Dans le même ordre d’idée, l’Etat Major des Armées Françaises estime que  le caractère transfrontalier de la menace terroriste, notamment lié à la nature  désertique de la zone sahélienne, requiert d’agir dans une zone vaste comme l’Europe par une approche régionale permettant de traiter les ramifications de l’organisation terroriste et de contrer des mouvements (…)

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LE « NOUVEL HORIZON » DU MARDI 12 JANVIER 2021

 Rassemblé par  Mahamane TOURÉ – NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *