A LA UNEPOLITIQUESOCIETETOUS LES ARTICLES

CRISE POLITICO-INSTITUTIONNELLE

« Le M5-RFP demande un peu trop », dixit l’honorable Mahamadou Diarisso de Nara

Alors que les négociations fusent de partout pour calmer le jeu, l’élu de l’Alliance Démocratique pour la Paix (ADP-Maliba) s’est exprimé sur l’actualité. Sans langue de bois, il a salué la création du Club des Députés du Peuple (CDP) et dénoncera l’opposition conduite par l’Imam Mahmoud Dicko qui ferait de la surenchère. Motif : les éléments dénoncés ne datent pas d’aujourd’hui.

L’honorable Mahamadou Diarisso a invité chacun à privilégier les négociations. C’est pourquoi il restera réservé face à la Convergence des Forces Républicaines (CFR) qui, à ses yeux ne fait que bander les muscles. Autrement dit, l’approche de la CFR qui se veut démonstrative, est à ses yeux,

« une éventualité d’enveniment de la situation ».

La discussion et le dialogue doivent prévaloir afin de sortir de l’actuelle crise. Le parlementaire de la 3ème force lors de la présidentielle 2018 prévient que le Mouvement du 5 Juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) est composé d’acteurs qui ont de la matière. L’ancien maire de Fallou situe que « ceux qui ont pris la rue ont de la matière ». Il ne faut donc pas déplacer le problème vu que le Mali est à la croisée des chemins. Selon notre interlocuteur, les préoccupations du moment ne sont pas ignorées de tous. Si le peuple est sorti massivement pour manifester contre le régime, c’est parce que ses acteurs ont des arguments.

L’élu national appelle à privilégier les négociations pour éviter le pire. L’approche de l’Alliance Ensemble Pour le Mali (EPM) afin d’accorder les violons avec l’opposition a rassuré celui qui fut récemment élu communal. Le 3ème secrétaire parlementaire est carrément opposé à toute dissolution de l’Assemblée Nationale. S’il reconnait que les résultats de la Cour Constitutionnelle sont à l’origine des causes du conflit de l’heure, Mahamadou Diarisso invite à opter pour des élections partielles afin de ne pas chambouler l’ensemble de la législature.

« Toute reprise des élections législatives contribuerait, au contraire, à une généralisation de la crise. Si elle perdure, cela ne pourra que compromettre gravement l’avenir du Mali tout entier », a insisté le député de Nara.

Par rapport aux (…)

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LA PARUTION DU VENDREDI 26 JUIN 2020

BAMOÏSA

Share:

Leave a reply