A LA UNEACTUALITÉANALYSESÉDUCATIONGRÉVEJOURNAL EN LIGNESOCIETESYNDICATTOUS LES ARTICLES

CRISE SCOLAIRE : POURQUOI DES MANIFESTATIONS DEVANT L’ORTM ?

Dans la crise qui secoue l’école malienne, il est important que chaque partie fasse des concessions afin de trouver une solution pérenne et définitive à ce problème. Cela permettra aux enfants de reprendre le chemin de l’école, surtout que l’éducation est un droit fondamental dans notre pays.

Dépassés par les grèves incessantes des syndicats de l’Éducation (SYPESCO, SYNEB, SYNEFCT, SYNESEC, SYLDEF, FENAREC, COSES et SNEC) signataires du 15 octobre 2016, les écoliers ne savent plus à quel saint se vouer. C’est pourquoi hier, lundi 17 février 2020, ils étaient devant l’Office de Radiodiffusion Télévision du Mali (ORTM) pour manifester leur colère. Toute chose qui fait que les uns et les autres n’arrivent pas à comprendre cette manifestation devant l’Office de Radiodiffusion Télévision du Mali (ORTM). Pourquoi pas une structure en charge de l’éducation dans notre pays ? À travers une note, «Nous sommes inquiets pour nos enfants, car nous avons pensé que les énormes efforts consentis par l’état nous mettant à l’abri de nouvelles grèves», disait un parent d’élève face à la nouvelle revendication des syndicats des enseignants.

«La place de nos enfants est dans les salles de classes pas dans la rue ou à la maison», disait l’autre très remonté face à la situation. On se rappelle que l’un des premiers feux éteint par le gouvernement du Premier ministre, Docteur Boubou Cissé, a été la grève des enseignants qui avait duré six (06) mois (décembre 2018 à mai 2019). Selon cette note, les plus hautes autorités, avec l’appui du Médiateur de la République, les acteurs et partenaires de l’école se sont donnés la main pour aboutir à un accord avec les huit syndicats de l’éducation (SYPESCO, SYNEB, SYNEFCT, SYNESEC, SYLDEF, FENAREC, COSES et SNEC) signataires du 15 octobre 2016.

Il ressort des constats que les différents efforts tendent à redevenir du néant suite à une nouvelle série de grève des enseignants qui a débuté, le 16 décembre 2019, sur une nouvelle et seule revendication: l’application de l’Article 39 de la loi N°2018-007 du 16 janvier 2018, portant statut du personnel enseignant de l’enseignement secondaire, de l’enseignement fondamental et de l’éducation préscolaire et spéciale. Déjà, ce point a fait l’objet de plusieurs grèves et marches des syndicats d’enseignants. Les enfants ont envie d’aller à l’école et d’apprendre. C’est pourquoi, ils fournissent des efforts dans ce sens. D’où des manifestations, hier, lundi 17 février 2020, devant l’Office de Radiodiffusion Télévision du Mali (ORTM). Des sacrifices s’imposent de part et d’autre afin de trouver une solution à ce problème.

RETROUVEZ TOUS LES JOURS L’ACTUALITÉ NATIONAL ET INTERNATIONAL DANS VOTRE JOURNAL NOUVEL HORIZON

Tougouna A. TRAORÉ

Share:

Leave a reply