Aller à la barre d’outils
jeu. Jan 21st, 2021

DÉCLARATION DE BIENS : FONDEMENTS ET CONDITIONS

« L’OCLEI A ENREGISTRE A LA DATE DU 30 NOVEMBRE 2020, 113 DOSSIERS »,  DIXIT OUMAR TRAORE

Dans le cadre de la célébration de la semaine nationale de lutte contre la corruption, édition 2020, l’office central de lutte contre l’enrichissement illicite, en rapport avec ses partenaires a organisé le vendredi 11 décembre 2020, à l’hôtel Radisson Blu, un atelier de renforcement des capacités des médias sur le thème : « La déclaration de biens : fondements et conditions ».  

La cérémonie d’ouverture était présidée par Yoro Diallo, représentant du président de l’OCLEI. C’était en présence d’autres membres de l’office central de lutte contre l’enrichissement illicite, dont Dr Oumar Traoré, Dr Adama Coulibaly.

Aux dires de M. Yero Diallo, le représentant du président de l’OCLEI empêché, « la journée du 09 Décembre est retenue comme la journée internationale de lutte contre la Corruption ».

Le Mali, depuis quelques années en a fait presqu’une tradition  et l’OCLEI est à sa 3eme édition.

D’après  M. Diallo, « la Corruption est un fléau mondial  tout comme la  Covid 19 qui n’épargne aucun secteur de la vie socio-économique et politique. Elle sape tous les efforts de développement. Elle tue par les mauvaises réalisations des infrastructures. Elle retarde l’amélioration des conditions en compromettant les grands projets. Elle humilie les pères et soutiens de famille en les envoyant en détention. Elle compromet la stabilité socio-économique, politique et sanitaire à travers les grèves, les guerres et les changements de régime.

Le rôle de la presse et autres acteurs est déterminant à travers l’alerte, la veille, les dénonciations, les révélations. Leurs participations au présent forum permettent d’unir les forces et de renforcer les capacités contre le phénomène ».

Quant au conférencier M. Dagnon, il a indiqué que la corruption représente une menace majeure pour l’Etat de droit et le développement durable dans le pays où elle sévit.

Selon lui, « les pays à l’échelle mondiale à travers l’organisation des nations unies, ont mis en place des mécanisme pour convaincre les Etats   de la nécessite de combattre le fléau de la corruption et  vaincre tous ses méfaits qui sont incalculables sur la sécurité internationale ... C’est pourquoi notre pays a élaboré une série de textes et procédé au toilettage de l’existant dont la loi N°2014 15 du 27 mai 2014 portant prévention et répression l’enrichissement illicite et son décret d’application (décret N°2015-0606/P-RM du Octobre 2015 du 27 mai 2014 portant prévention de l’enrichissement illicite sont partis intégrantes qui traite de la déclaration de biens. En effet, la déclaration de biens est un outil de prévention de l’enrichissement illicite ».

Quant aux conditions de déclaration des biens, le conférencier dira que « la loi 2014 étant son champ d’application, à travers son article 03, à toute personne physique civile ou militaire, dépositaire de l’autorité publique chargée de service public même occasionnelle ou investie d’un mandat électif, tout agent ou employé de l’Etat, des collectivités publiques, des sociétés et entreprise d’Etat, des entreprises, des organismes, … la disposition de la présente loi aussi applicable à toute personne morale qui participe à la commission de l’infraction quand bien que ces personnes n’auraient pas  déclaré leurs biens »…

DR Oumar (…)

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LE « NOUVEL HORIZON » DU LUNDI 14 DÉCEMBRE 2020

Alpha C. SOW – NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *