Aller à la barre d’outils
mer. Oct 21st, 2020

ÉCHANGE ENTRE LES OTAGES ET LES TERRORISTES

DES « CERVEAUX DU CRIME » DANS LE LOT DES DJIHADISTES RELÂCHES

Comme promis, l’État a fait le nécessaire pour extraire Soumaila Cissé des griffes du Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans (GSIM) d’Iyad Ag Ghali. Le prix payé est la libération de plusieurs terroristes pris sur les champs de Bataille soit par les Famas, soit par   Barkhane. Cependant, l’annonce de certaines figures du terrorisme   faisant partie des éléments relâchés fait polémique même si ‘‘la vie de Soumaila Cissé n’a pas de prix’’, comme l’a souligné l’ancien ministre de la justice, KONATÉ.

Pris en otage lors de la campagne pour les élections législatives dernières dans son fief à Niafunké, le Gouvernement du Mali a obtenu la libération de M. Soumaïla CISSÉ après six (06) mois de captivité. Le prix payé pour sa libération a consisté à l’État de relâcher plusieurs terroristes notamment de deux cent six (206) membres du GSIM. Parmi les malfrats figurent selon plusieurs sources, des « cerveaux » du terrorisme. Autrement dit, il s’agit des personnes qui, en plus de choisir la cible des attaques, s’occupent de la logistique, exécutent elles- mêmes des attentats. Le terroriste mauritanien Fawaz Ould Ahmed, un ancien lieutenant de Belmoctar ou Mister Marlboro le borgne serait parmi les personnes libérées.

Aujourd’hui proche d’Iyad Ag Ghali, FAWAZ est cité comme étant l’auteur de plusieurs actes terroristes à Bamako. C’est la raison pour laquelle d’ailleurs, l’information sur sa probable libération a suscité de vives polémiques. Il est en effet accusé d’avoir commis des attaques terroristes contre le restaurant la Terrasse, les hôtels BIBLOS et Radisson toutes perpétrées en 2015. Selon d’autres sources, les terroristes avaient monté sérieusement les enchères pour obtenir la libération de leurs « techniciens du crime » qui, en plus de participer à des attentats, jouent également le rôle de chefs. Il nous revient qu’au départ, il était prévu de relâcher cent quatre-vingt (180) éléments terroristes pour obtenir la libération de Soumaïla CISSÉ et les trois autres otages occidentaux :  la Française Sophie Pétronin et les italiens Nicola Chiacchio et Pier Luigi Maccali. Ce chiffre a été finalement ramené par la suite à deux cent quatre (204) éléments terroristes.

« Iyad Ag Ghali avait mentionné des noms des personnes qu’il voulait voir absolument parmi les relaxés », affirment certaines sources.

Il s’agit pour la plupart des techniciens des attentats, des preneurs d’otage aussi bien que des fabricants de bombes. C’est fort d’ailleurs de ce constat qu’une fête a été organisée en leur honneur. Il est bon de noter que les réseaux ont été bondés de messages de regret suite à la libération des terroristes. Au même moment, d’autres estiment que c’était le prix à payer pour le retour du chef de file de l’opposition. En clair, (…)

RETROUVEZ L’INTEGRALITE DE L’ARTICLE DANS LA PARUTION DU MARDI 13 OCTOBRE 2020

Mahamane TOURÉ – NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *