Aller à la barre d’outils
jeu. Sep 24th, 2020

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2020

Quand le Parti Yèlèma imite IBK

Au niveau de la Commune I, le parti de Mous-sa Mara est partant. Seulement, la stratégie communicationnelle utilisée par son candidat et le colistier ressemble bien fort à celle d’un dénommé BOUA, en 2018. Est-ce une prémonition, vu que l’honorable élu de Koulouba aura fini à avoir la confiance des urnes ?

Pour le défi parlementaire en cours, le Parti YÈLÈMA a aligné Djakarida Diakité. Il s’agit là du président des jeunes du parti du changement qui aura décidé de s’unir avec le Parti pour la Restauration des Valeurs du Mali (PRVM-Faso-ko). La formation qui a pour symbole le chameau choisira pour sa part Ousmane San-garé. Des jeunes aux dents longues qui comptent bien faire tomber les adversaires déclarés dont ceux des deux (02) premières forces du pays Au niveau de la Commune I, le parti de Mous-sa Mara est partant. Seulement, la stratégie communicationnelle utilisée par son candidat et le colistier ressemble bien fort à celle d’un dénommé BOUA, en 2018. Est-ce une prémonition, vu que l’honorable élu de Koulouba aura fini à avoir la confiance des urnes ?alliées en Commune I. Seulement, le slogan poli-tique utilisé réveille des souvenirs.

«AW KO FASO-KO NI YÈLÈMA» du couple Djakyss/Ousbi, rappelle la période électorale de 2018. Précisément celle de la campagne à l’endroit de la colline du pouvoir où ce cher Moussa Mara déclarera for-fait. Le candidat favori d’alors que le peuple surnomma BOUA avait fait pareil au ni-veau du visuel. Précisément avec le slogan «ANW KA MALIBA B3 KA TAA N3». Une sonorité homonyme qui ne peut que faire penser à une imitation. Quoi qu’on dise dans cette vie on s’inspire toujours d’une chose pour agir donc tout n’est que répétition. Cette liste qui est engagée contre la liste du candidat favorable à BOUA, entend mettre ce dernier à la retraire. Et pour cause, il s’agit de Mamadou Frankaly Kéita, quasiment la soixantaine et qui part avec plus âgé que lui en la personne de Ouali Diawara. Celui-là même qui fut auparavant candidat et élu à maintes reprises de l’ADEMA en Commune I.L’alliance YÈLÈMA/PRVM met en avant la logique des choses: l’alternance générationnelle.

C’est pourquoi le slogan social mis en avant reste leur jeunesse avec ce slogan: «La jeunesse s’apprête à prendre le pouvoir en Commune I». Autrement dit, que les électeurs de leur localité ne reconduisant pas les mêmes qui n’ont pas moins de vingt-cinq (25) ans de présence dans l’arène politique locale. On attend de voir si celui de 2018 qui semble avoir la même intonation que Diakité et Sangaré influera au niveau des urnes. Ce qui signifie que Ibrahim Boubacar Kéita a fini vainqueur et l’histoire pour-rait se répéter si les mêmes causes finissent par produire les mêmes effets. Dans cette Commune I, où nous avons une bataille entre plus de vingt (20) listes, le jeu reste serré. À rappeler qu’il n’y a que deux (02) sièges à pourvoir d’ici le prochain découpage territorial où ce nombre pourrait augmenter.

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LA PARUTION DU MERCREDI 11 MARS 2020

BAMOÏSA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *