Aller à la barre d’outils
ven. Nov 27th, 2020

EMBARGO TERRORISTE A FARABOUGOU

LA CNDH DENONCE « LES VIOLATIONS RECURRENTES » ET APPELLE LES AUTORITES A PROTEGER LA POPULATION

La privation des droits les plus élémentaires reste très préoccupante à Farabougou, un village du centre du pays encerclé par les terroristes empêchant l’entrée et la sortie des habitants. La Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) dans un communiqué a dénoncé cette situation en demandant au Gouvernement de « tout mettre en œuvre pour faire respecter les droits des libertés ».

La Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) dit « suivre avec inquiétude, et exprime sa vive préoccupation face à la situation persistante de l’état de siège du village Farabougou, dans le Cercle de Niono, Région de Ségou ». Dans son communiqué, la CNDH s’est d’abord inclinée devant la mémoire des personnes ayant perdu la vie dans cette agression terroriste et souhaité prompt rétablissement aux blessés.

Rappelant le fondement de la loi fondamentale et de la Charte du Mali, de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, du Pacte international relatif aux Droits Civils et Politiques, « la CNDH dénonce les violations récurrentes des droits et libertés fondamentaux, notamment la liberté de mouvement, les droits à la vie, à l’intégrité physique, à la sécurité, à l’alimentation, à la santé, à l’éducation ».

Par conséquent, elle a rappelé à l’Etat « sa responsabilité à protéger les droits de l’Homme de toutes personnes résidant sur le territoire Malien, singulièrement les habitants du village assiégé ».

La CNDH invite le Gouvernement à « tout mettre en œuvre afin de permettre aux populations de cette localité assiégée de jouir effectivement de leurs droits les plus fondamentaux mentionnés plus haut ».

Par ailleurs, l’organe chargé de défense des droits de l’homme salue par la même occasion « le parachutage des vivres par l’Armée sur le village de Farabougou, destinés à atténuer la souffrance des populations ». Mais aussi, a-t-elle sollicité « les Forces partenaires internationales à s’impliquer davantage auprès des Forces armées maliennes pour un dénouement rapide de cette situation dans le strict respect des droits de l’Homme ». Selon elle, la protection des droits de l’Homme est une responsabilité partagée.

Le jour même de la visite du vice-Président à Farabougou, Plusieurs familles de ce village ont été la cible d’attaques terroristes. Selon des témoignages et les images publiés, plusieurs maisons ont (…)

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LE « NOUVEL HORIZON » DU MERCREDI 28 OCTOBRE 2020

KADOASSO I.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *