Aller à la barre d’outils
ven. Déc 4th, 2020

ENQUÊTES SUR LE RAPPORT DU BVG À L’AMBASSADE DU MALI AU BURKINA FASO

L’AMBASSADEUR AMADOU SOULALE  PLACE EN GARDE  A VUE   A LA BRIGADE DU POLE  ÉCONOMIQUE

Dans son dernier rapport le BVG  a décelé des  irrégularités financières  dans plusieurs structures de l’Etat. Au niveau de l’Ambassade du Mali  à Ouagadougou au Burkina Faso,  la vérification  a porté sur les opérations de recettes et de dépenses de l’Ambassade au titre des  exercices 2015, 2016, 2017 et 2018 (1er semestre).  Elle a pour objectif de s’assurer de la régularité et de la sincérité   . Dans son constat le BVG   a mis en   exergue des  irrégularités administratives et financières. Il nous revient  que l’Ambassadeur Amadou Soulalé entendu au pôle économique sur la question a été placé en garde à vue par la brigade de ladite structure.

Dans le rapport du BVG, il ressort que les  irrégularités administratives relèvent des dysfonctionnements du  contrôle interne. Les vérificateurs ont ainsi constaté que  le Secrétaire Agent Comptable (SAC) n’a pas prêté serment avant son entrée en fonction,  conformément aux textes en vigueur. ‘Le  SAC ne tient pas une comptabilité régulière. Il ne tient pas le  Calepin de caisse, le livre journal des commandes, le livre journal des  matériels et matières ou le registre des rejets comptables de même  que les documents de la comptabilité-matières. Il ne respecte pas  non plus le montant plafond autorisé à être détenu en espèces. Lors  du comptage des numéraires, le SAC détenait un montant de 800 625  FCFA supérieur au plafond de 250 000 FCFA autorisé’’, peut-on  lire dans le rapport.  Dans le même contexte le BVG  a remarqué que le   SAC ne procède pas à des rapprochements périodiques des  écritures comptables enregistrées dans le registre banque avec la  situation réelle en banque indiquée sur les relevés de compte. ‘’Ce qui  ne permet pas à l’Ambassade de vérifier la concordance entre le solde  bancaire dans sa comptabilité et le solde bancaire réel envoyé par sa  banque et de trouver des justifications aux différences éventuelles’’. Aussi,’’l’Ambassadeur du Mali ne procède pas à la mise en concurrence  des fournisseurs. Pour toutes les opérations d’acquisition de biens  et services, le titulaire a été désigné sans mise en concurrence d’au  moins trois fournisseurs conformément à la réglementation en vigueur’’,  rapporte le BVG. « Concernant les irrégularités financières, le rapport du BVG  a annoncé  une enveloppe  de   1,84 milliard de FCFA.’’  « L’Ambassadeur n’a pas justifié l’utilisation du carburant acheté pour  un montant total de 23,45 millions de FCFA. En effet, aucun document  de répartition ou d’utilisation du carburant acheté n’a pu être fourni à la mission. Le  SAC a irrégulièrement utilisé les recettes de Chancellerie. Ces recettes, d’un montant total de 189,13 millions de FCFA, ont été  dépensées sans l’autorisation préalable du Payeur Général du Trésor.  Sur ce montant, 64,81 millions de FCFA ont été compensés, d’où un  reliquat de 124,32 millions de FCFA restant à compenser. Le  SAC a effectué des paiements irréguliers au titre de la construction  de la Chancellerie pour un montant total de 1,37 milliard de FCFA  sans les pièces justificatives requises. Des paiements sont effectués  sur la base de factures qui ne sont pas liquidées par l’Ambassadeur et sans décomptes établis par l’entrepreneur ni d’acomptes par le maître  d’œuvre. Il a aussi fait rembourser par l’Ambassade (…)

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LE « NOUVEL HORIZON » DU MERCREDI 11 NOVEMBRE 2020

Rassemblé par Mahamane TOURÉ – NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *