Aller à la barre d’outils
ven. Oct 30th, 2020

GROGNE SOCIALE AU MALI

DES JOURNALISTES VICTIMES D’AGRESSION ET D’AUTRES FORMES DE VIOLENCES PAR LES FORCES DE L’ORDRE

Suite à la récente manifestation du Mouvement du 5 Juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) qui se s’est transformée en une véritable chasse à l’homme, entrainant par la même occasion plusieurs victimes d’agression et d’autres formes de violences à l’endroit des journalistes en mission.

Face à la situation, des faitières de la presse malienne à travers un communiqué condamnent ces actes contre les journalistes dans l’exercice de leur profession. En effet, au cours de la manifestation du Mouvement du 5 Juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) déclenché depuis un certain temps dans notre pays, des journalistes en accomplissant leur mission ont été victimes d’agression et autres formes de violences. Ainsi, les responsables de la presse malienne disent avoir appris avec une grande consternation que des journalistes ont été victimes d’agression et autres formes de violences lorsqu’ils couvraient la manifestation du 10 juillet du M5 RFP.

« Une dizaine de cas ont été enregistrés à différents endroits dans la capitale Bamako. Certains ont été agressés par des forces de l’ordre, d’autres violentés par des manifestants qui ont emporté leurs matériels de travail », ont-ils ajouté. 

Toute chose qui a indigné les responsables de la presse malienne qui condamnent ces actes constituant des entraves graves à la liberté de la presse et contre les journalistes dans l’exercice de leur profession. Ils ont ensuite attiré l’attention du Gouvernement sur le non-respect, de sa part, de la ligne directrice de la commission tripartite : la protection des journalistes par les forces de l’ordre lors des manifestations.

« Les Faitières de la presse malienne exigent réparation pour les préjudices commis sur les journalistes victimes », ont-ils interpelé.

Ainsi, les responsables de la presse malienne ont appelé les confrères à l’observation stricte des règles qui encadrent la profession. Enfin, en ce moment difficile pour le pays, les faîtières exhortent les autorités à prendre toutes les dispositions nécessaires afin d’assurer la protection des journalistes partout où ils se trouvent.

ABDOUL KARIM SANOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *