Aller à la barre d’outils
ven. Déc 4th, 2020

INCULPE DE TENTATIVE D’HOMICIDE VOLONTAIRE, COUPS ET BLESSURES ET CONSOMMATION DE STUPEFIANTS

YACOUBA COULIBALY A ÉTÉ CONDAMNE A LA RECLUSION CRIMINELLE A PERPÉTUITÉ

La Cour d’Assises a condamné, hier jeudi 12 novembre 2020,  au siège de la Cour d’Appel de Bamako, dans la Salle Aboubacar Sidibé, l’inculpé Yacouba Coulibaly  à la réclusion criminelle à perpétuité

LES FAITS :

 le sieur Yacouba COULIBALY et la demoiselle Araba furent des domestiques employés au service de monsieur Baba SEREME   à kalaban Coura Bamako. Ils habitèrent tous les deux chez leur employeur  où  ils nouèrent des relations intimes à l’issue desquelles la demoiselle susnommée tomba enceinte   de son amant Coulibaly. Remarquant depuis quelques temps que son copain a commencé à s’adonner à la consommation d’alcool et de produits stupéfiants, Araba BOUARE s’éloigna petit à petit de lui et prit sa distance par rapport á leurs relations amoureuses. C’est dans ces conditions que dans la journée du 21 janvier 2018, en revenant de la ville elle se fit déposer en voilure par un monsieur  au  su de son amant. Celui-ci attendit tard la nuit pour venir la réveiller. Dès qu’elle ouvrit la porte, il bondit sur elle pour l’étrangler. La croyant  morte pendant qu’elle était assommée, il la traina aux alentours de leur résidence et la précipita dans un puits voisin avant de disparaitre dans la nature. Lorsqu’elle reprit connaissance, elle cria au secours d’où elle fut sauvée par les personnes du voisinage avant d’être évacuée à hôpital pour recevoir des soins. Une enquête fut ouverte et des recherches entreprises ont permis d’appréhender une semaine plus tard Yacouba COULIBALY qui fut poursuivi et inculpé devant le Magistrat instructeur pour « Tentative d’homicide volontaire-coups et blessures volontaires et consommation de stupéfiants ».

Après les débats contradictoires effectués à la barre par les avocats, la Cour d’Assises de Bamako a infligé la réclusion criminelle à perpétuité à Yacouba Diarra. Dans son délibéré du jeudi 12 novembre 2020, la cour a décidé de ne pas accorder à Yacouba Diarra les « circonstances atténuantes ».

Gaoussou TANGARA – NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *