Aller à la barre d’outils
jeu. Jan 21st, 2021

INSECURITE ROUTIÈRE A BAMAKO

UN CAMION BENNE FINIT SA COURSE SOUS LE PONT FAHD BLOQUANT TOUTES LES ISSUES

Aujourd’hui, il ne  se passe un jour sans qu’un accident de circulation ne se produise sur les grands axes   à Bamako. soit sur la rive gauche soit sur la rive droite.  La plupart de ces accidents sont en majorité causés par les automobilistes eux-mêmes, responsables d’erreurs graves. En général, si les principes de la circulation étaient respectés par tous les usagers de la circulation, on  pourrait réduire au maximum le nombre d’accidents par jour.  Aussi   la dégradation   de nos routes   impactée par le non-respect des principes de la circulation conduit souvent au pire. Aujourd’hui les autorités du pays surtout, celles  qui sont en charge de  la réglementation de la voie publique  doivent adopter des mesures fortes et pratiques pour réduire le nombre d’accidents de la voix routière car plusieurs usagers continuent de perdre la vie par la faute d’une personne  soit par l’excès de vitesse ou encore  la  surcharge des voitures de transport.

C’est ainsi que le vendredi 08 janvier,  la population bamakoise a assisté à un accident d’un  camion benne qui a fini sa course à la montée  du pont Fahd en déversant son contenu  de sacs sur la voie publique bloquant la circulation  pendant un bon moment.    

04 personnes auraient été blessées.  Selon le témoignage de Ibrahim Kassé, chef de service de prévention et circulation routière à l’ANASER que nous avons pu interroger sur place : «   Pour cet accident il y a eu plus de peur que de mal, car il y a eu 04 blessés légers,  pas de perte en vie humaine ».

Aux dires de l’Agent ANASER, « la police continuera à  mener ses investigations pour déterminer les véritables causes de cet accident, à travers ses constats. Nous souhaiterons prompt établissement aux blessés .Tout était mis en place pour secourir les accidentés car la protection Civile était là pour amener les blessés à  l’hôpital, nous  avons pris tous les dispositifs nécessaires.

Quant au message que nous lancerons à l’endroit des conducteurs surtout des camions de remorques :  roulez doucement car nous sommes dans une ville où la vitesse normale est de 50km/h  . Quant aux motocyclistes et les  piétons,  des voies  leurs sont destinées pour éviter de tomber dans de tel cas ».

À Bamako comme partout au Mali, les cas de surcharge de camion de transport sont monnaie courante. Les policiers en charge du contrôle de la circulation routière qui devraient bloquer ces camions sont souvent les premiers à les laisser passer en échange de petites monnaies, au détriment de probables victimes. Les autorités sont fortement interpellées quant à ce phénomène qui n’a causé que trop de morts et qui en 2021 doit absolument prendre fin !

Alpha C. SOW – NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *