Aller à la barre d’outils
lun. Nov 30th, 2020

ISSA KAOU N’DJIM, COORDINATEUR DE LA CMAS SUR LA PERTE DE CONFIANCE DES POPULATIONS AU GOUVERNEMENT

‘’ PLUSIEURS SEGMENTS DE LA POPULATION NE SE RECONNAISSENT PAS DANS CETTE ASSEMBLEE NATIONALE ’’

Le coordinateur Général des mouvements Associations et sympathisants de l’Imam Mahmoud DICKO, M. Issa Kaou N’Djim a animé une conférence de presse avant hier mardi au siège de la CMAS à Magnambougou Faso kanu.  L’objectif de cette rencontre avec les médias était de donner leur point de vue sur la situation globale du pays. Dans sa déclaration, le coordinateur N’DJIM a fait un ramassé des difficultés que rencontrent les Maliens en mettant en relief les récentes violences survenues à la suite des résultats des législatives.De l’avis de la CMAS, ce sont aussi ces raisons qui font qu’aujourd’hui le mouvement ambitionne de sortir pour battre le pavé.  Toutefois, si l’on s’attendait à l’annonce de la date de la marche programmée, la rencontre de la CMAS de ce jour ne s’est limitée qu’à la lecture d’une déclaration.

Dans sa déclaration, la CMAS a rappelé que la Nation appartient à tous les Maliens, sans exception. « Apporter sa pierre à l’édifice » est un acte citoyen, mais aussi un devoir indispensable, surtout à des moments où le constat général sur la gestion du pays interpelle au-delà du citoyen, des organisations syndicales, des mouvements de jeunes et de femmes, des associations et voire des plateformes ou regroupements pour interpeller, réclamer et souvent préconiser des solutions au Gouvernement du Mali. En vain, le Peuple n’est pas entendu et la tension continue de monter partout dans le pays. Après la signature de l’accord de paix et de réconciliation en 2015 et le Dialogue National Inclusif (DNI) la question du Nord Mali reste entière, le conflit intercommunautaire au centre s’amplifie et gagne progressivement l’Ouest du pays. Aujourd’hui, à la faveur des résultats des élections législatives proclamés par la Cour Constitutionnelle, l’unité du peuple se retrouve autour de la fraude (…)

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LA PARUTION DU JEUDI 21 MAI 2020

Mahamane TOURÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *