Aller à la barre d’outils
sam. Jan 23rd, 2021

L’ARTISANAT MALIEN EN DANGER

« Actuellement il n’y a pas de marché, pour joindre les deux bouts c’est très difficile.. »

Le Mali connait depuis 2012 une crise multidimensionnelle qui bouleverse la vie de bon nombre de maliens évoluant dans différents secteurs. Parmi ceux-ci on trouve les artisans qui du Nord au sud, en passant par le centre du pays vivaient majoritairement du tourisme. Avec la situation sécuritaire qui s’est énormément dégradée et une large partie du pays qui reste inaccessible aux touristes, il faut dire que ces dernières années ont été des vaches maigres pour le domaine de l’artisanat ou bon nombre ont dû mettre la clé sous la porte . La pandémie Covid 19 qui vient s’y ajouter n’a fait qu’aggraver la situation.

C’est dans ce contexte que nous sommes allé à la rencontre d’un artisan Malien, spécialisé dans la confection de Bogolan, peinture sur bogolan et coton, confection de statuettes en bois, de bijoux artisanaux et autres.

Contigu au siège de l’ORTM situé à Bozola, rue de la Marne, l’atelier de Alioune Badra Diop, tout de tôle confectionnée fait face à l’hôtel de l’amitié. Avec plus de 36 ans d’expérience dans le Domaine, Alioune Badra Diop nous explique son parcours et la situation qu’il vit actuellement : « Je suis dans le domaine depuis 1984.  J’ai habillé beaucoup de personnalités maliennes et ici c’est un des premiers ateliers de bogolan ouvert au public bamakois. C’est un lieu où on fabrique, on expose et on vend. Avant il y avait des marchés, mais aujourd’hui il n’y en a pas. On attend que la paix revienne, que les choses reviennent à la normale. Pour joindre les deux bouts c’est très difficile. Je ne cherche pas de marché, parce qu’il n’y en a pas actuellement, les gens n’achètent plus. Le peu de fonds que j’ai, j’essaye de me débrouiller avec mes employés. »

Dans son atelier rempli d’articles artisanaux de tout genre, on pouvait observer des jeunes apprentis utilisant l’encre de chine pour apposer des motifs sur des tissus ou pagnes en coton 100% maliens.

 Mr Alioune Badra Diop en a profité pour interpeller les nouvelles autorités et plus particulièrement la ministre de la culture et de l’artisanat : « Nous attendons beaucoup de la nouvelle ministre de la culture et de l’artisanat.  À travers tout ce qu’elle a dit quand elle a pris fonction. Ça nous fera beaucoup de bien quelle nous donne un coup de pouce. »

Alioune Badra Diop confectionne aussi sur mesure pour des besoins personnels, il est joignable au  75 15 22 44, ou a son atelier contigu a l’ORTM.

NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *