Aller à la barre d’outils
ven. Déc 4th, 2020

LE CNT AU CŒUR DE LA TENSION ENTRE LES AUTORITÉS DE LA TRANSITION ET DES PARTIS POLITIQUES

LE PRÉSIDENT BAH N’DAW « JETTE L’HUILE SUR LE FEU »

Dans le cadre de sa première tournée sous- régionale, le Président de la Transition, Bah N’Daw a mis à profit la dernière étape qui était celle de la Guinée Bissau pour tenter de se justifier par rapport au choix de confier la constitution du Conseil National de Transition (CNT) au vice-président, Colonel Assimi Goïta. Au lieu de jouer à l’apaisement des cœurs et des esprits en cette période de grande tension socio-politique,   le Chef de l’Etat n’a fait que « jeter l’huile sur le feu », en ces termes : « Je suis le Président d’une Transition. J’essaie de me mettre au-dessus de la mêlée ».

Si plusieurs partis politiques et autres organisations sont restés sur leur faim par rapport au choix du Président de la Transition, du Premier ministre de la Transition et de la  mise en place du Gouvernement de la Transition, ceux-ci estimaient que les différents manquements allaient être corrigés dans la répartition du quota des membres du Conseil National de Transition (CNT). A la surprise générale des uns et des autres, le Président de la Transition, Bah N’Daw a pris les décrets N°2020-0142/PT-RM du 09 novembre 2020 et N°2020-0143/PT-RM du 09 novembre 2020, portant respectivement sur les modalités de désignation des membres du CNT et fixation de la clé de répartition de ses membres.

Il ressort de la clé de répartition que les forces de défense et de sécurité ont 22 sièges ; les partis politiques, 11 sièges ; la société civile, 9 sièges ; le M5-RFP,  08 sièges. Il ne fallait pas plus pour assister à des levées de boucliers un peu partout. Plusieurs formations politiques et autres organisations ont décidé de rejeter  purement et simplement les différentes offres. Au regard des mouvements de contestation par-ci et par-là,  le Chef de l’Etat a tenté de se justifier à travers des propos qui, malheureusement, sont des sources de frustrations pour beaucoup de personnes. Il ressort (…)

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LE « NOUVEL HORIZON » DU MERCREDI 18 NOVEMBRE 2020

TOUGOUNA A. TRAORE – NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *