jeu. Jan 28th, 2021

LE PREMIER MINISTRE MOCTAR OUANE A L’OUVERTURE DE LA 41EME SESSION ORDINAIRE DU CSA, HIER

 ‘’ LA DURÉE RELATIVEMENT COURTE DE LA TRANSITION  EXIGE DE FAIRE DES CHOIX ET DE DÉFINIR DES PRIORITÉS CLAIRES’’

Après plusieurs mois de suspension due en grande partie au contexte socio-politique du pays, le Premier ministre, Chef du Gouvernement, M. Moctar Ouane a présidé hier, lundi 16 novembre 2020, les travaux de la  41ème Session ordinaire du Comité de Suivi de l’Accord (CSA) au siège de la MINUSMA. Il était accompagné par le Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies au Mali et Chef de la MINUSMA, Mahamat Saleh Annadif.

Selon M. Ouane, cette session  intervient quelques semaines après la mise en place du Gouvernement de Transition. Le Premier ministre pense que la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger a enregistré quelques lenteurs dans sa mise en œuvre et révélé l’insuffisance de dividendes concrets pour les populations, sur fond de dégradation de la situation sécuritaire. Le moment est sans doute venu d’insuffler un nouvel élan au processus de paix. Pour lui, la durée relativement courte de la Transition (18 mois) exige de faire des choix et de définir des priorités claires dont la mise en œuvre donnera un nouvel élan à l’Accord pour la Paix et la Réconciliation.

Pour cela, il faudrait l’engagement sans faille de toutes les composantes de la Nation malienne. Au regard de tout ce qui précède, M. Ouane a insisté sur l’importance d’inclure tous les segments de la Nation malienne à la mise en œuvre de l’accord pour un processus véritablement inclusif, apaisé et plus efficace. Il estime que la mise en œuvre de l’Accord a, hélas pendant trop longtemps, souffert d’une mauvaise concurrence entre ses différentes dispositions et priorités. Le Premier ministre a profité de cette occasion pour mettre l’accent sur  la question de la redynamisation du processus de Désarmement, Démobilisation et Réinsertion (DDR). A ses dires, les Maliens réunis lors des concertations nationales des 10, 11 et 12 septembre 2020 se sont prononcés en faveur de l’accélération du processus de DDR afin de contribuer au renforcement de la sécurité sur l’ensemble du territoire national. M. Ouane a rassuré que le gouvernement accordera toute l’importance nécessaire à la réalisation de cette priorité car l’ineffectivité du DDR maintient notre pays dans une spirale de violence dangereuse pour la cohésion sociale et la réconciliation. Il a précisé qu’il compte sur l’engagement patriotique de toutes les parties signataires (…)

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LE « NOUVEL HORIZON » DU MARDI 17 NOVEMBRE 2020

Tougouna A. TRAORE – NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *