ven. Mar 5th, 2021

MALI-KOURA

RÉALITÉ OU UTOPIE ?

Au lendemain du coup d’État contre le régime Ibrahim Boubacar Keita le 18 août 2020, une lueur d’espoir a animé les Maliens. Nos compatriotes ont incessamment formulé le vœu d’un nouveau Mali. « Le Mali-Koura », l’appellent-ils. Ce nouveau Mali auquel aspirent nos compatriotes demande  un nouveau comportement, une nouvelle gouvernance, une nouvelle mentalité, bref un Malien « koura ».

Le régime Ibrahim Boubacar Kéita a passé, les anciens Maliens, Maliens-« Koro » sont toujours au cœur de la gestion du pays, animent l’espace politique. Ce qui  ramène à se poser des questions : ce Mali-Koura tant souhaité était –il une réalité ou une utopie ?

Le vendredi 5 juin 2020, des Maliens de toutes les catégories se regroupaient au sein d’un Mouvement appelé Mouvement du 5 Juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP). Ce Mouvement qui a regroupé plusieurs partis politiques, syndicats, Associations de la Société civile et des Maliens réclamait la justice, l’équité, la lutte contre la corruption, et dénonçait la mauvaise gouvernance.

En effet, Ibrahim Boubacar Kéita avait promis dans son programme de Société lors de la présidentielle 2013 : ‘‘L’Honneur du Mali’’, et ‘‘Le Bonheur des Maliens’’.

Ce slogan a aussi suscité tant d’espoir au peuple malien qui aspire à une vie meilleure, à plus de justice et à la lutte contre la corruption. «Nul ne sera au-dessus de la loi», martelait fort le Candidat Ibrahim Boubacar Kéita, en 2013.

Le candidat du Rassemblement Pour le Mali (RPM) élu, les Maliens assistent de jour en jour à l’humiliation du pays à travers des détournements de fonds jamais égalés. Même l’année 2014 qui a été décrétée l’ « année de la lutte contre la corruption » a été la plus corrompue.

L’Ambassadeur Allemand, en fin de mission dans notre pays, avait aussi dénoncé la corruption au Mali. Le peuple a crié, dénoncé et a appelé à mettre fin au régime Ibrahim Boubacar Kéita pour diminuer la souffrance des Maliens. L’élection présidentielle de 2018 arrive, la déception du changement est totale.

Des Maliens qui avaient dénoncé la gestion du régime IBK  ont vendu leurs voix aux plus offrants. Même si de nombreuses irrégularités ont été relevées par des partis politiques, force est de reconnaitre que des Maliens ont vendu leurs voix.

Ibrahim Boubacar Kéita est réélu, ceux qui demandaient le changement ont préféré la continuité. Le calvaire se poursuit. Le Mali va de scandale en scandale. Les 1.230 milliards de FCFA dédiés à la loi d’orientation et programmation militaire ont été volatilisés. Pire, les personnes impliquées dans les détournements de plusieurs millions et milliards seront portées candidates aux législatives de 2020 (…)

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LE « NOUVEL HORIZON » DU MARDI 23 FÉVRIER 2021

DEMBA KONTÉ– NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *