Aller à la barre d’outils
dim. Jan 17th, 2021

MAMADOU TIERO DE LA COMMISSION NATIONALE DES DROITS DE L’HOMME (CNDH)

’QUE TOUS LES COUPABLES DE CRIMES DÉNONCÉS RÉPONDENT DE LEURS ACTES DEVANT LA JUSTICE’’

Les assises à l’intention des jeunes et des femmes des Communes V et VI du District de Bamako sur ‘’les mécanismes juridictionnels et non juridictionnels de protection des défenseurs des droits de l’homme’’ se sont tenues hier jeudi 3 décembre 2020, à l’Observatoire des Droits Humains et de la Paix (ODHP).

Selon le représentant du Maire de la Commune VI du District de Bamako, M. Bakary Dembélé, la crise multidimensionnelle à laquelle notre pays est confronté a provoqué de graves violations des droits humains et de nombreux déplacés dans nos différentes Communes. Face à cette situation, tout le monde est interpelé : autorités politiques, religieuses, coutumières, les organisations de la société civile.

Le président d’honneur de l’ODHP, M. Amadou Sangho a noté que les dispositions constitutionnelles sont complétées au plan national par des textes législatifs et règlementaires qui fixent les conditions et modalités d’exercice des droits de l’homme. Au plan international, le Mali a ratifié les principaux instruments juridiques relatifs aux droits de l’homme. Malheureusement la majeure partie de la population malienne ignore ces instruments relatifs aux droits de l’homme, voire tous les mécanismes destinés à assurer leurs effectivités. Selon lui, « c’est dans cette optique que le Projet d’Appui à la Promotion des Droits de l’Homme, la Justice et la Réconciliation (APDH-JR) avec le soutien de Diakonia a initié des sessions de renforcement (…)

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LE « NOUVEL HORIZON » DU VENDREDI 04 DÉCEMBRE 2020

Tougouna A. TRAORE – NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *