ACTUALITÉECONOMIETOUS LES ARTICLES

MARIMPA SAMOURA, PRESIDENT DE LA CNTIF

’De 2008 à nos jours, nous avons transmis 55 rapports au Procureur portant sur plus de 48 Milliards de FCFA’’

La Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières (CNTIF) a organisé, le vendredi 26 Juin 2020, une session de formation à l’intention des hommes et femmes de médias au siège de l’Association des Editeurs de Presse Privée du Mali (ASSEP). Elle a porté sur la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

Cette Session était animée par le président de la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières (CNTIF), M. Marimpa Samoura, non moins ancien ministre délégué auprès du ministre de l’Économie, des Finances chargé du Budget, et plusieurs autres responsables de cette Cellule. Ces assises qui étaient animées de façon interactive a permis aux journalistes de comprendre beaucoup de notions sur la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

Elles ont servi de cadre pour décortiquer plusieurs points  :  la loi n°008 du 17 mars 2016 portant loi uniforme relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme ; le blanchiment de capitaux ; les phases et les techniques de blanchiment de capitaux ; les étapes du blanchiment d’argent ; l’impact du blanchiment sur le plan politique ; l’impact du blanchiment sur l’économie ; l’impact du blanchiment sur le plan social ; le statut juridique de la CNTIF ; les missions de la CNTIF ; la composition de la CNTIF ; le traitement des déclarations de soupçons par la CNTIF ; les interlocuteurs de la CNTIF ; entre autres. 

A cette occasion, le président de la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières (CNTIF), M. Marimpa Samoura a touché du doigt le blanchiment d’argent et ses conséquences. Il pense que beaucoup de personnes ne savent pas qu’est-ce que c’est que le blanchiment d’argent. Beaucoup de gens ne connaissent pas le concept. Selon M. Samoura, à travers cette session, il s’agit d’échanger avec les journalistes pour leur expliquer le blanchiment d’argent et ses conséquences. Il a mis l’accent sur l’impact de l’argent sale sur l’économie. Cette occasion a été une opportunité pour M. Samoura d’insister sur les mesures pour atténuer les effets néfastes du blanchiment d’argent, et la création de la CNTIF dans les différents pays membres de l’UEMOA en vue d’anéantir le blanchiment d’argent. Le président de la CNTIF trouve que le blanchiment dérégule l’économie.  Selon l’ancien ministre délégué auprès du ministre de l’Économie, des Finances chargé du Budget, de 2008 à nos jours, ils ont transmis 55 rapports au Procureur portant sur un montant de plus de 48 Milliards de FCFA. Il a expliqué que seulement sept jugements ont été rendus.

Tougouna A. TRAORE

Share:

Leave a reply