Aller à la barre d’outils
lun. Jan 18th, 2021

MORT DU BRAS DROIT D’IYAD AG GHALI

LA FRANCE CONFIRME LA MORT DU DJIHATISTE  BAH AG MOSSA DIARRA

Nous l’annoncions dans notre parution du jeudi 12 novembre dernier, L’information vient d’être confirmée. En effet,  L’armée française a annoncé, le vendredi 13 novembre 2020, la “neutralisation” de Bah Ag Moussa Diarra, un “cadre historique de la mouvance djihadiste au Sahel.” le nom de ce militaire de l’armée malienne devenu terroriste, était associé à de multiples attaques dans le pays contre les Forces Armées Maliennes (Fama) et les Forces internationales.

Dans un communiqué, la ministre française des Armées, Mme Florence Parly, a salué une opération menée, mardi 10 novembre dernier, avec “d’importants moyens de renseignement ainsi qu’un dispositif d’interception composé d’hélicoptères et de troupes au sol.”

Faut-il le souligner, le terroriste Bah Ag Moussa Diarra, ancien Colonel de l’Armée malienne “est considéré comme l’un des principaux chefs militaires jihadistes au Mali, notamment chargé de la formation des nouvelles recrues“, indique le même communiqué.

«Le mardi 10 novembre 2020, en fin de journée, dans la région de Ménaka au Mali, les Forces Armées Françaises (FAF) ont neutralisé Bah Ag Moussa Diarra, chef militaire du Rassemblement pour la Victoire de l’Islam et des Musulmans (RVIM), groupe affilié à Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI), et l’un des principaux adjoints de son chef Iyad Ag Ghali.”

Indistinctement, qu’il s’agisse de Daech ou d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI), la France frappe ceux qui, au nom de leur idéologie mortifère, s’en prennent aux populations civiles et souhaitaient déstabiliser les États de la région.

«Nous le faisons avec nos partenaires: les Forces Armées Sahéliennes poursuivent leur montée en puissance. Une récente opération d’envergure de la Force Barkhane (baptisée Bourrasque) a démontré la qualité et l’efficacité de notre partenariat de combat avec les pays sahéliens», affirme un militaire français.

Pour mener cette opération ayant abouti à la neutralisation de plus d’une trentaine de terroristes, la France a mobilisé 1.600 militaires.

“Il y a eu plus de 3.000 militaires qui ont opéré conjointement sur le terrain’’, assure-t-il.

Selon le Colonel, il y avait 1.600 militaires français, 1.100 militaires nigériens et plus de 400 militaires maliens. Frédéric Barbry assure que “cet effort accumulé depuis des semaines a permis de couper les axes logistiques de l’État islamique au grand Sahara’. Des facteurs extrêmement positifs d’un point de vue militaire.

De son côté, la ministre française des Armées, Mme Florence Parly, a salué l’opération qui a permis de (….).

RETROUVEZ l’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LE « NOUVEL HORIZON » DU LUNDI 16 NOVEMBRE 2020

KADOASSO I. – NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *