A LA UNEDÉFENSE & SÉCURITÉ

PLUS DE 95 CORPS CALCINÉS DANS LE MASSACRE DE CIVILS DANS LE VILLAGE DE SOBANE A SANGHA

Dan Na Ambassagou considère cette attaque comme une déclaration de guerre

La séance des massacres des populations civiles continue au centre du pays. En effet,  il a été découvert  hier lundi, 10 juin 2019, dans le village de Sobane, dans la  Commune de Sangha, les corps calcinés de  95 personnes parmi  lesquelles des femmes et des enfants. Un bilan qui pourrait s’alourdir surtout qu’on parle également de la disparition de 19 autres personnes.  La milice dogon, notamment le  mouvement Dan Na Ambassagou a, dans un communiqué, considéré l’acte comme une déclaration de guerre  contre les auteurs.

 Le massacre du village de  Sobane, nanti de 300 âmes,  en tout cas jusqu’avant-hier,  a créé une véritable désolation  dans les cœurs des Maliens épris de paix. En effet,  des familles entières ont  été décimées par   cette violence   attribuable à des terroristes  qui se  sont donné depuis quelques années,  la mission de déstabilisation  du Mali  en opposant les communautés du centre et principalement certains Dogons, Peuhls et Bamanan. En clair, ce sont les terroristes qui attaquent et les villages peuhls et les villages  dogons  aux fins d’opposer les deux communautés qui ont toujours vécu ensemble. 

L’on se rappelle ainsi du massacre de plusieurs Peuhls le mois de mars dernier à Ogossagou.« Le 23 mars, plus de 160 habitants du village d’Ogossagou, essentiellement des Peuls, furent massacrés. Les soupçons ont rapidement porté sur une milice de chasseurs dogons, dénommée Dan Nan Ambassagou, qui a rapidement démenti toute implication. Une semaine après les faits, Adame Ba Konaré, historienne et ancienne première Dame du Mali, parle ainsi d’un « nettoyage ethnique », d’une attaque visant « la communauté peule » ou encore des « morts pour avoir été Peuls » indique le sieur  Sangaré, un Malien de la France qui  trouve  la situation n’est le fruit que  de la « sous-traitance de la sécurité nationale ».

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LA PARUTION DU MARDI 11 JUIN 2019

PAR MAHAMANE TOURE

Share:

Leave a reply