Aller à la barre d’outils
jeu. Jan 21st, 2021

POLÉMIQUE SUR LES FRAPPES AERIENNES CONTRE DES CIVILS A BOUNTI, DIMANCHE DERNIER

LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE CONFIRME LES DIRES DE LA FRANCE : « CE SONT DES DJIHADISTES QUI ONT ÉTÉ MIS HORS D’ÉTAT DE NUIRE ». 

Depuis le dimanche 03 janvier 2021, de fausses et folles rumeurs sans fondement  fusaient de partout, soi-disant que  lors d’un mariage, de paisibles populations civiles ont fait l’objet de frappes d’avion ayant occasionné la mort d’une vingtaine de personnes. Si la jeunesse  Tabital Pulaaku était tombée dans ce piège, les Forces Maliennes et Françaises ont prouvé que ce sont des djihadistes qui ont été tués.

Dans cette affaire de bombardements d’avion à Bounti dans le cercle  de Douentza, la vérité a fini par éclater tout en édifiant l’opinion nationale et internationale. Selon l’état-major français à l’AFP, une patrouille d’avions de chasse a “neutralisé”  des dizaines de djihadistes préalablement repérés après une opération de renseignement de plusieurs jours. Il a précisé  que les informations relatives à un mariage ne correspondent pas aux observations effectuées. Malgré ces informations claires  et précises fournies par l’état-major français, la Jeunesse Tabital Pulaaku a publié hier la liste des victimes qui selon eux étaient a un mariage.  Selon cette jeunesse, les mariés sont : Allaye Hama Iddara et Aissata Alou Diallo.  La veille du 04/01/2021, devait se tenir le second mariage de  Sambo Diadié Samborè et Hawa Yero Diallo. Toujour selon la jeunesse Tabital Pulaaku, les mariés sont vivants et sont à Bounti. Le père de Hawa Yero est décédé dans le raid malheureusement. Le raid a eu lieu à 01km environ du village dans  le champ de Hama Iddara, le père du marié (Allaye).

« Il y a eu deux frappes simultanément d’après les témoins (survivants).

Parmi les victimes deux seulement étaient identifiables à travers leurs corps (Boura Iddara et Oussou Binguel). Les personnes mortes sur le champ (ici la liste est définitive et certains prénoms peuvent connaître du changement parce que nous avions les surnoms et non les prénoms, nous avons décidé de revenir avec les prénoms: 1. Hama Boulo Diallo (Bounti); 2. Hamidou Sambal Diallo 46 ans (Bounti); 3. Yeroyi Sambal Diallo 40 ans (Bounti); 4. Mamoudou Sambal Diallo 38 ans (Bounti);  5. Adou Hama Diallo 40ans (Bounti);  6. Hambagal Diallo 43 ans (Bounti);  7. Hassana Ba Iddara Diallo 54ans (Bounti);  8. Boura Iddara Diallo 46 ans (Bounti); 9. Mamoudou Iddara Diallo 43ans (Bounti); 10. Hamidou Iddara Diallo 41 ans (Bounti); 11. Yero Aliyal Diallo 48ans (Bounti) ; 12. Boura Aliyal Diallo 46ans (Bounti); 13. Nouh Manga Diallo 31 ans (Bounti);  14. Hama kagnal Diallo 26ans (Bounti); 15. Hama Sekou Diallo 45ans (Gana); 16. Oumar dit Dem Diallo 29ans (Boussouma); 17. Oussou Binguel Diallo 26 ans (Boula).

Les blessés ayant succombé : 18. Samba Housseyni Diallo 25ans (Bounti), il est décédé  au CSCOM de Kikkara ; 19. Boura Adourè Diallo 58 ans (Gana), achevé au cours de son évacuation par les chasseurs à Deh dans le cercle de Bandiagara.

Les blessés admis dans les structures sanitaires: 1. Madabbel Diallo 68 ans  (Bounti) ; 2. Mamoudou Diallo dit Tayrou 70ans (Bounti);  3. Allaye Diadié Diallo 38 ans (Gana) ; 4. Hamidou Diadié Diallo 26 ans  (Karma) ; 5. Soulé Alou Diallo 58ans (Bounti); 6. Hama Aliyal Diallo 60 ans   (Bounti); 7. Gorel Moussa Diallo 68 ans (Bounti).

La Jeunesse Tabital Pulaaku Mali demande aux autorités maliennes et à la communauté internationale d’ouvrir une enquête indépendante », ajoute le document rendu public par cette jeunesse. Il semblerait que cette déclaration ait  poussé le ministre de la Défense et des Anciens Combattants à réagir. 

Selon un communiqué non daté du Ministère,  publié hier sur la page officielle des Forces armées Maliennes ,  une opération conjointe FAMa – Barkhane – FC G5 Sahel, « Eclipse » est en cours afin de neutraliser les Groupes Armés Terroristes (GAT), dans la Zone des  Trois Frontières. Au cours d’une mission de surveillance de cette zone, des mouvements individuels, suivis de regroupement d’une cinquantaine d’individus ont été observés le dimanche 03 janvier 2021, vers onze heures. Ce regroupement ne comprenait ni femmes ni enfants. Par la suite, un motocycliste armé s’ajouta au regroupement, puis un véhicule pickup. Aux environs de treize heures, ces éléments de la Katiba Serma,  vêtus de la même façon, ont formé trois groupes. Ce regroupement de combattants, principaux auteurs d’attaques et de poses d’Engins Explosifs Improvisés (EEI) Sur la RN 16, principalement entre Douentza et Hombori, ont été qualifiés d’objectif militaire et l’intervention aérienne sollicitée par le Poste de Commandement  Conjoint. Les frappes aériennes effectuées par un mirage 2000 sur ledit objectif ont fait un bilan d’une trentaine de GAT neutralisés selon les images de la mission d’Observation  et de Surveillance. Vers dix-sept heures, un groupe de villageois et d’hommes armes en véhicule pickup et motos, sont arrivés sur le site et ont procédé à l’inhumation des morts. Les motocyclistes et les véhicules pickup ont récupéré les blessés avant de partir dans des directions différentes. Les rescapés ont occupé les hauteurs avec jumelles et postes talkie-walkie.  Aux dires du ministre de la Défense, « l’environnement observé n’a montré ni scène de mariage, ni enfants ou femmes ». Selon lui, « tous les renseignements recueillis en direct Justifiaient que les cibles neutralisées étaient des objectifs militaires confirmés. Aussi, la zone comprise entre Hombori et Douentza est bien connue comme zone d’influence active de la Katiba Serma du Rassemblement pour la Victoire de l’Islam et des Musulmans (RVIM) qui y dispose de plusieurs Merkaz, centres d’entrainements, ateliers de confection EEI, principalement à l’intérieur du triangle Dalla, Nokara et Kerena qui est l’épicentre de l’idéologie salafiste terroriste  dans la zone. Au regard de tout ce qui précède,  le ministre de la Défense et des Anciens Combattants réaffirme son engagement au strict respect des Droits de l’Homme et du Droit International Humanitaire, et sa mission régalienne de protection des populations et de leurs biens. Par ailleurs, il informe l’opinion nationale et internationale de l’ouverture d’une enquête par les services compétents pour mieux comprendre ce qui s’est passé et appelle les populations de continuer à apporter leur soutien indéfectible aux FAMa et aux forces partenaires ».

APRÈS LE MINISTÈRE MALIEN DE LA DÉFENSE, L’EMA FRANÇAIS RÉPLIQUE

Quelques heures après (…)

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LE « NOUVEL HORIZON » DU VENDREDI 08 JANVIER 2021

Tougouna A. TRAORE – NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *