A LA UNEPOLITIQUE

PROROGATION DU MANDAT DES DÉPUTES ET RÉVISION DE LA CONSTITUTION

Les pros et anti affutent leurs armes pour une ultime bataille

Expiré le 31 décembre 2018, puis prorogé de six mois, à compter du 1er janvier 2019, le mandat des députés expire à nouveau le 30 juin prochain. D’ici là, rien n’indique que de nouvelles élections législatives auront lieu. Forcément, l’on s’achemine vers une autre prorogation ou vers la mise en place d’une Assemblée Constituante, en lieu et place des députés, sur la base des résultats du 1er tour de l’élection présidentielle de 2018, ou après l’organisation d’un dialogue politique inclusif.

Ce qui n’est du goût de certaines personnes. Quelle est  la meilleure option? Le temps imparti est-il suffisant pour organiser des élections législatives ? Doit-on garder l’Assemblée Nationale dans son format actuel ? La configuration politique de l’Assemblée Nationale, au sortir de l’élection présidentielle de 2013 est-elle encore d’actualité après l’élection présidentielle de 2018 ? Autant d’interrogations sans réponse claire nette et précise ! L’idée d’un nouveau report ne paraît pas pour autant comme une entorse grave aux principes démocratiques, pourvu que la solution à envisager soit dégagée dans le cadre d’un dialogue politique inclusif.

UNE CONSTITUANTE A LA PLACE DE L’ASSEMBLEE NATIONLE ?
Les résolutions du 2ème congrès ordinaire du parti Alliance Démocratique pour la Paix (ADP-Maliba), tenu les 25 et 26 mai 2019, s’opposent à une nouvelle prorogation du mandat des députés.

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LA PARUTION DU MERCREDI 29 MAI 2019

PAR DABA BALLA KEITA

Share:

Leave a reply