Aller à la barre d’outils
dim. Jan 17th, 2021

RAPPORT DU HCR SUR LE TRAFFIC D’ENFANTS

PRES DE 6.000 ENFANTS VICTIMES DES GROUPES ARMES AU MALI

Le Groupe mondial de la Protection (GPC) a publié les statistiques concernant les enfants victimes des groupes bandits armés au Mali dans leur Rapport annuel 2020. Déjà 230 cas ont été recensés au premier semestre de l’année  2020, un nombre légèrement supérieur à celui de l’année 2019.

 « Au cours du premier semestre de cette année, 230 cas ont été recensés. Il s’agit de quinze cas de plus par rapport à toute l’année 2019 (215 cas).  Le Groupe mondial de la Protection (GPC) est un réseau dirigé par le Haut-Commissariat de l’Onu  pour les Réfugiés (HCR)  qui regroupe des Agences des Nations Unies et des ONG assurant des protections, des prestations aux personnes affectées par les crises humanitaires. Le département ministériel malien de la justice et des Droits de l’Homme  a toujours estimé ce partenariat comme un fort potentiel. La lutte contre les terroristes implique dans notre pays les aides internationales. Et selon la déclaration de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, « les groupes armés exercent le trafic d’enfants destinés aux travaux de corvée dans les mines d’or  du nord malien  ».

Puisque les dégradations socio-économiques, les conflits, l’insécurité et surtout la pandémie à coronavirus sont constants, Certains enfants se sont enrôlés dans les groupes armés afin de survivre. Cependant, ils servent contre toute attente à financer la violation, les trafics d’armes et autres : « Les enfants sont forcés à combattre pour des groupes armés. Ils sont victimes de la traite des êtres humains, de viols, de vente ; ils sont forcés à la servitude sexuelle ou domestique, ou au mariage précoce »,  a déclaré Gillian Triggs, Haut-Commissaire Assistante (HCA) du HCR,  chargée de la protection internationale.

LE NOMBRE DES VICTIMES ET RÉFUGIÉS EN HAUSSE  DANS LE CENTRE DU MALI

Rien qu’à Mopti   il y a 100 eu cas enregistrés. En effet, les filles et les femmes  sont au centre des trafics d’enfants dans cette région. Par conséquent, cette étape du fléau souille justement la dignité humaine. Car elle compromet la place des femmes dans le foyer. Par ailleurs «  Dans la région de Mopti, des femmes et des jeunes filles sont enlevées, agressées sexuellement et violées  ». Par ailleurs, force est de reconnaître, qu’à Mopti, le mariage des jeunes filles avant l’âge de 18 ans est une réalité. Les droits des enfants et des femmes notamment connaissent une agression multiforme.

LE TRAVAIL DES ENFANTS DANS LES MINES INFORMELLES A GAO ET KIDAL

  Les écoles sont fermées au Nord du Mali suite aux crises sécuritaires, sanitaires, et grèves des enseignants. Les enfants sont exposés ( …)

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LE « NOUVEL HORIZON » DU JEUDI 03 DÉCEMBRE 2020

Bah DIABY – NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *