A LA UNEJUSTICESOCIETE

SILENCE : ON MEURT A LA PRISON CENTRALE DE BAMAKO

Au moins une vingtaine de décès enregistrés courant 2018

« Personne ne vient en prison pour y mourir », avait déploré le 5 mai dernier, le Commandant DAO, Régisseur de la Maison Centrale d’Arrêt de Bamako (MCAB). Et pourtant, des détenus meurent à la prison centrale de Bamako pour plusieurs raisons et en toute discrétion. Tenez-vous bien, courant 2018, au moins une vingtaine de prisonniers sont décédés, soit une moyenne de deux morts par mois. Quelles peuvent être les raisons de ces morts d’hommes ?

PAS DE FUMÉE SANS FEU

Surpeuplement carcéral ; nombre de prisonniers non jugés supérieur à ceux purgeant leurs peines ; insuffisance d’alimentation en quantité et en qualité ; violences physiques liées à la consommation de stupéfiants ; insalubrité ; manque de soins de santé… Voilà entre autres maux dont souffrent les pensionnaires de la Maison Centrale d’Arrêt de Bamako (MCAB). Ces maux ont pour conséquences directes de nombreux morts à la MCAB. Ne dit-on pas que les mêmes causes produisent toujours les mêmes conséquences ? Autrement dit : pas de fumée sans feu.

RETROUVEZ L’INTÉGRALITÉ DE L’ARTICLE DANS LA PARUTION DU JEUDI 11 JUILLET 2019

PAR Daba Balla KEITA

Share:

Leave a reply