Aller à la barre d’outils
lun. Jan 18th, 2021

Edwin Remsberg

TROIS JOURS APRÈS LA DÉCAPITATION DU MÉCANICIEN, BOULKASSOUM TRAORÉ À DIABALY

LA FEMME DE LA VICTIME ET DEUX AUTRES COMPLICES SUSPECTÉES DU CRIME AUX MAINS DE LA GENDARMERIE

Jusque-là un mystère, l’assassinat cruel du jeune réparateur de moto à Diabaly, Boulkassoum Traoré, dans la nuit du jeudi 5 novembre 2020, livre peu à peu ses secrets. Après une enquête de la Gendarmerie locale, selon certaines sources locales, les premiers indices soulignent la complicité de sa femme avec deux (02) autres personnes dans ce crime.

Nous l’annoncions dans la parution d’hier. Un jeune mécanicien du nom de Boulkassoum Traoré a été décapité et abandonné dans une habitation à quelques 300m de sa maison. L’incident a créé un émoi dès l’annonce car, en une semaine, cette localité enregistrait une dizaine de décapitations.

Selon les premiers éléments sortis des investigations faites par la gendarmerie locale, la victime aurait été égorgée chez lui même avec la complicité de sa femme.

La nommée Hawa N’Diaye qui est enceinte de leur cinquième enfant aurait eu l’aide d’un complice. Certaines sources évoquent deux complices alors que d’autres parlent d’un seul.

Selon les sources, elle a reçu une motivation de la part de certaines personnes de mauvaise volonté qui   ont aidé sa femme à tuer son homme puis se débarrasser de son corps sans vie.

De ces mêmes sources, c’est lorsque les gendarmes sont venus chez la victime pour échanger sur la situation avec sa femme qu’ils ont été surpris de retrouver un couteau tacheté de sang dissimulé dans un coin de la maison. Une perquisition dans la chambre du couple a permis aux enquêteurs de trouver des draps aussi dissimulés tous couverts de sang.

La femme n’ayant pas pu convaincre les enquêteurs  , alors les enquêteurs ont fouillé la chambre de fond en comble. Une quantité très importante de sang a été découverte sous le lit mais bien masqué par sa femme pour que personne ne le sache. Un boutiquier serait parmi les deux complices de la , fortement suspecté d’avoir apporté son aide à la femme pour commettre ce forfait.

Présentement la dame de la victime en question et les deux (02) complices sont aux arrêts pour d’autres enquêtes complémentaires afin de déterminer les circonstances et les causes de ce énième crime horrible.

Le jeune réparateur d’engins était sans problème à Diabaly (Cercle de Niono), témoigne un proche. Les témoins disent que le jour du crime, la victime serait rentrée tard, le jeudi 5 novembre dernier, vers 2 heures du matin à son domicile.

L’annonce de sa disparition par sa femme a permis aux proches d’engager les recherches de la victime. C’est à la suite de celle-ci que dans un premier temps, son téléphone et sa moto seront retrouvés dans une école à Diabaly. Et aux environs de 18 heures son corps a ensuite été retrouvé dans un jardin de légumes à Diabaly.

Pour le politicien Nouhoum Togo, “les féministes seront tenues ces jours-ci en respect. Les rôles sont inversés aujourd’hui avec Dame Hawa Ndiaye, vraisemblablement l’auteure du meurtre de son époux, Boulkassoum Traoré, il est vrai, avec des complicités externes’’.

Après les manifestations des femmes pour soutenir Mamacita, victime de la violence conjugale récemment avec l’artiste malien, il convient que ses Associations montrent aussi leur solidarité envers les hommes dans le cas de ce meurtre. Car, la violence conjugale n’est plus l’apanage des hommes. On en trouve aussi parmi les femmes.

KADOASSO I. – NOUVEL HORIZON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *