mer. Juil 24th, 2024

AFFAIRE HAC-JOLIBA TV


APRES UNE MISE EN DEMEURE, LA HAC SUSPEND POUR UNE DURÉE DE DEUX MOIS LA CHAINE JOLIBA TV NEWS

LA MAISON DE LA PRESSE DÉPLORE LA DÉCISION

L’affaire entre l’organe de régulation des médias au Mali à savoir la Haute autorité de la communication et la chaine de télévision Joliba TV news Connait un rebondissement qui en a scotché plus d’un. Apres avoir mis la chaine en demeure le 12 Octobre dernier suite a un éditorial du journaliste Mohamed Halidou  Attaher, le collège des membres, après délibération le mardi 02 novembre, a décidé de suspendre pour une période de deux mois, « l’autorisation d’établissement, d’exploitation et de diffusion accordée à Joliba tv news par la convention N°49/HAC-MALI du 29 décembre 2013 ».

Cette décision intervient près de deux semaines après la mise en demeure de la chaine par la HAC. En cause un éditorial diffusé le 30 septembre et animé par le journaliste Mohamed Halidou ATTAHER. Selon le président de la Haute autorité de la communication , Fodié Touré, c’est sur la base d’ un rapport produit par le centre de monitoring et de contrôle des médias, qu’il a été reproché à la chaine à travers ce programme , d’avoir «  violé les dispositions de l’article 2.1 de la loi N°2012-019 DU 12 Mars 2012, relative au service privé audiovisuel en ce qu’il porte atteinte au respect de la dignité de la personne humaine et a l’expression première des courants de pensée et d’opinion ».  En outre la HAC dit  constater « des manquements à l’éthique et à la déontologie du métier de journaliste, se traduisant par des propos diffamatoires et des accusations infondées portées contre la HAC, l’état de la liberté d’expression au Mali et les autorités de la transition ». L’organe considère  que dans l’éditorial « incriminé » figure « des expressions a fortes connotations péjoratives, notamment, celles qui affirment que «  les colonels au pouvoir gouvernent avec l’opinion de la foule, et  la foule par définition ne réfléchit pas » entre autres.

La maison de la presse « déplore »

 La maison de la presse à travers un communiqué publie a l’issue de l’annonce dit « déplorer » la suspension de Joliba tv news. Aussi elle « invite la HAC a examiner le recours gracieux introduit par Joliba tv news et sollicite sa clémence pour lever la décision de suspension afin d’éviter ses conséquences sur la chaine , ses travailleurs, ses partenaires et ses téléspectateurs dans un contexte particulièrement difficile ».

Vague de soutiens et de protestation

A l’annonce de cette décision de  la Haute autorité de la communication, nombreux sont les gestes de soutien qui ont envahi les réseaux sociaux. En signe de solidarité avec la chaine, plusieurs internautes ont changé leurs photos de profile par celle du logo de la chaine et ajouté le commentaire « je suis joliba tv ». Pour d’autres cetet décision de la HAC constitue une « atteinte à la liberté d’expression »  au Mali et une « tentative de musellement des médias » par les autorités de la transition  . En effet, il faut dire qu’au lendemain de la mise en demeure, les réactions du même génère se sont faites voir chez nombre de maliens. Hommes politiques, hommes de médias ou maliens lambda, tous avaient manifesté leur ressentiment envers cette mise en demeure du media dont le journaliste avait exprimé une opinion qui semblait ne pas « convenir » à l’autorité de régulation du fait des critiques formulées contre les autorités du pays . En réaction, lors du même programme intitulé «  l’éditorial » qui a suivi,  le journaliste Mohamed Halidou ATTAHER avait répliqué en dénonçant une « tentative de musellement de la presse ».

Aujourd’hui face à cette décision de l’autorité que la chaine Joliba tv news dit « prendre acte », et respecte en tout état de cause, un recours auprès de la HAC a déjà été formulé par la direction de la chaine. En attendant, cette dernière annonce que d’ici la « les programmes seront suspendus sur les plateformes habituelles », Cela au détriment de bon nombre de téléspectateurs de la chaine qui voient en cette décision une détérioration de la liberté d’expression sous la transition en cours, une crainte devenue réalité pour les médias maliens après l’interdiction pure et simple de diffusion de deux médias en avril 2022.

AWA CHOUAIDOU TRAORE – NOUVEL HORIZON

About Author


Laisser un commentaire